Premier amour Sami Frey Beckett
© Hélène Bamberger / Cosmos

Premier amour, aux Célestins : Sami Frey et Beckett sur un banc

Deuxième acte beckettien au théâtre des Célestins. Après En attendant Godot, c’est un texte beaucoup plus réaliste, plus cru que les grandes pièces du dramaturge irlandais qui nous est proposé cette semaine par Sami Frey.

Lorsqu’on nous annonce la présence de Sami Frey dans une programmation, on pense aussitôt finesse, délicatesse. Autant de qualités qu’il met aujourd’hui au service de son interprétation de Premier amour, un spectacle créé en 2009 et unanimement salué pour sa qualité. Dans ce monologue, on retrouve un Beckett très différent de celui de ses grandes pièces (Oh les beaux jours, Fin de partie), beaucoup plus réaliste, plus cru, plus proche de son expérience personnelle.

“Quelque chose de primitif”

Premier amour est une nouvelle, écrite en 1946 et publiée en 1970. “C’est un véritable amour que raconte Beckett : vraiment l’exploration d’un sentiment amoureux, avec sa consommation, et sa lassitude venant de la consommation. Quelque chose de primitif, qui peut être drôle à certains moments. Le personnage vit vraiment cet amour, et il ne comprend pas ce qui lui arrive”, commente Sami Frey, qui s’empare de ce texte bouleversant sur un plateau nu, seulement occupé par un banc de bois.

Premier amour – Du 8 au 18 octobre à 20h (dimanche 16h et relâche lundi), au théâtre des Célestins.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut