Portraits de femmes

Longtemps lyonnaise – d’abord soliste au ballet de l’Opéra de Lyon, puis chorégraphe implantée pendant dix ans avec sa compagnie à Vaulx-en-Velin –, Maryse Delente, qui dirigea aussi le Ballet du Nord, est aujourd’hui installée à Roanne. On la retrouve avec une reprise de Mariana, créé en 1989, qui a largement contribué à la reconnaissance d’une danse revendiquant un certain expressionnisme, souvent portée par la narration. C’est un ouvrage du XVIIe siècle, Les Lettres de la religieuse portugaise, qui lui inspira cette pièce. Avec cinq danseuses sur scène, vêtues de robes pourpres majestueuses, elle déroule des portraits de femmes autour du thème de l’innocence, traçant par une danse élégante des parcours initiatiques qui mêlent leurs lots d’expériences entre tendresse et violence, drôlerie et tragédie. La musique de Phil Glass amplifie un univers où la gestuelle sensuelle et énergique se transforme en joutes féminines, qui explosent dans des élans de vie à toute épreuve. À voir et à revoir !

Mariana, de Maryse Delente. Vendredi 3 février, à 20h30, au centre culturel Théo-Argence (Saint-Priest).

www.cctheoargence-saint-priest.fr

à lire également
Carmen, de José Montalvo / Noé, de Thierry Malandain / Le Bestiaire d’Hichem, de Jeanne Mordoj © Patrick Berger / Olivier Houeix / Géraldine Aresteanu (montage LC)
José Montalvo présente cette semaine à Lyon sa vision démultipliée de Carmen, “un être sans patrie”. Auquel fera écho “L’errance est humaine” de Jeanne Mordoj. Quelques jours avant le Noé de Thierry Malandain qui interroge la transformation de notre humanité.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut