Polémique autour du centre d'arts plastiques de Saint-Fons

" On nous avait dit que c'était pour l'agrandir, mais maintenant on nous annonce qu'il ne sera plus là et qu'il sera remplacé par un pôle emploi insertion ", explique Jean-Claude Guillaumon, qui a quitté il y a un an la tête du CAP, dont il dit encore qu'il s'agit de son " bébé ". Du côté de la mairie de Saint-Fons, on répond qu'" il faut mettre un terme à l'agitation autour du centre d'art, qui ne disparaîtra pas ". " Nous sommes dans une logique de rationalisation du patrimoine immobilier de la ville, détaille Léon Garaix, directeur de cabinet de Christiane Demontès, maire de Saint-Fons. Nous sommes dans une période de crise, à Saint-Fons sans doute un peu plus qu'ailleurs. " Mais Jean-Claude Guillaumon craint que le CAP ne soit sacrifié au profit d'opérations immobilières, qui devraient permettre de renflouer quelque peu les caisses vides de la municipalité.

" Le lieu ne va pas fermer, répète à l'envi Léon Garaix. J'en veux pour preuve le budget voté le 18 décembre dernier au conseil municipal, à destination du CAP pour l'année 2009, d'un montant de 50 000 euros, sans compter les quatre personnes employées à temps plein par la ville uniquement pour le centre d'art. A l'heure qu'il est, on est en train de chercher de nouveaux locaux pour l'accueillir. " Jean-Claude Guillaumon, qu'aucune promesse ne semble rassurer, vient d'envoyer à Christiane Demontès une lettre incendiaire, alors que la maire est en pleine bataille judiciaire pour garder son fauteuil, qui lui a été ôté en première instance par le tribunal administratif pour dépassement du plafond de ses comptes de campagne.

Photo : le CAP de Saint-Fons en travaux

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut