Nuits de Fourvière : notre top 10 de l'édition 2008

Seul hic : ils affichent déjà complets.

1 Honest Jons revue

Le pitch ? Damon Abarn, le leader de Blur et de Gorillaz est de passage pour un unique concert en France. A ses côtés, le bridelice du label Honest Jones : Tony Allen (l'inventeur de l'Afrobeat avec Fela Kuti), Kokanko Sata Doumbia (la Nina Simone malienne) ou encore l'Hypnotic Brass Ensemble, incroyable fanfare naviguant entre le passé et le futur de la black music et souvent aperçue aux côtés de Mos Def ou de Gilles Peterson. Incontournable.

Avec qui y aller ? Des boys & girls.

Quand ? Jeudi 10 juillet à 21h30.

2 Partitions équestres

Le pitch ? Pour l'ouverture des Nuits des Fourvière le festival s'offre la dernière création de l'Académie équestre de Versailles, menée par Bartabas (lire ci-contre). Un ballet contemporain imaginé pour une cinquantaine de chevaux mélomanes et accompagnés par les musiciens d'Ossia Saxophones, interprétant une partition signée Philipp Glass. Un brin intello sur le papier, mais 300 % pur jus.

Avec qui y aller ? Avec n'importe quelle cavalière (si possible une bombe). Omar Sharif pour les accros au tiercé.

Quand ? Du 7 au 12 juin à 22h.

3 Compania nacional de danza

Le pitch ? L'une des compagnies européennes les plus en vue de ces dix dernières années. Outre la reprise de deux de leurs plus beaux ballets, la troupe de Nacho Duato se paie le luxe de présenter sa toute dernière création - Domine nostra - en exclu à Fourvière. Et sincèrement, ça promet.

Avec qui y aller ? Asia Argento.

Quand ? Lundi 21 et mardi 22 juillet à 22h.

4 Orchestre National du capitole de Toulouse

Le pitch ? Aie aie aie. La rencontre entre le plus doué, fringant, glamour des violonistes de sa génération (Laurent Korcia) et le plus incroyable des chefs russes du moment (Tugan Sokhiev, qui rappelons-le, dirigeait l'Orchestre Symphonique de Russie lorsqu'il n'avait que 23 ans...) devrait être mémorable. Surtout à la vue du programme : La 5e de Tchaïkovski ou le très freestyle Poème de Chausson.

Avec qui y aller ? Une desperate housewife.

Quand ? Lundi 7 juillet à 21h30.

5 Nuit de l'Algérie

Le pitch ? Sans aucun doute la soirée la plus vibrante et névralgique du festival. Sur scène, la quarantaine de musiciens juifs et musulmans
d'El Gusto, champions toute catégorie du Chaâbi algérois, sorte de blues survolté de la casbah. A leurs côtés, le chanteur kabyle Idir, subtil architecte de la nouvelle musique berbère.

Avec qui y aller ?Alain Finkielkraut

Quand ? Dimanche 6 juillet à 21h.

6 Andromaque
Le pitch ? Une Andromaque résolument visionnaire, jouée en grande partie en arabe par des comédiens syriens. Une mise en scène signée par le lyonnais Jean-Christophe Saïs, dont les pièces tournent dans toute la France depuis 10 ans et dont - détail amusant - c'est la première date à Lyon.

Avec qui y aller ? Remus ou Romulus.

Quand ? Du vendredi 13 au lundi 16 juin à 22h.

7 Café de los maestros

Le pitch ? Une sorte de Buena Vista Social Club mais à la sauce tango argentin. Au menu, tous les plus grands vétérans du genre : Oscar Ferrari, Atilio Stampone, Luis Stazo, Anibal Arias. Du très très lourd.

Avec qui y aller ? Un(e) fan des soirées Théma sur Arte.

Quand ? Vendredi 20 juin à 21h30.

8 Nuit du Sénégal

Le pitch ? Deux des plus impressionnantes musiciens d'Afrique de l'Ouest. D'un côté, Youssou N'Dour, grand maréchal de la sono mondiale. De l'autre, Barthélemy Attisso et son Orchestra Baobab, le groupe qui a fait les beaux jours de la salsa sénégalaise des années 70. Rien que ça.

Avec qui y aller ? Titouan Lamazou ou Philippe Gloaguen

Quand ? Samedi 12 juillet à 21h.

9 Angelique Kidjo, Rokia Traoré, Asa

Le pitch ? Trois voix, trois chanteuses et trois parfaites illustrations de cette musique africaine qui va de l'avant. Un conseil : foncez !

Avec qui y aller ? Une nouvelle star ou la Castafiore.

Quand ? Mardi 29 juillet à 20h 30.

10 Goran Bregovic

Le pitch ? Star du rock dans les années 80 en Yougoslavie (5 millions de disques vendus, quand même), compositeur durant un temps des musiques de films d'Emir Kusturica (Le temps des Gitans, Arizona Dream), Goran Bregovic n'en a pas fini avec le groove. La preuve avec son Orchestre des mariages et des enterrements, qui réunit swing balkanique, voix bulgares, orchestre symphonique et choeur polonais.

Avec qui y aller ? Romain Duris ou un bukowskien soft.

Quand ? Mercredi 16 juillet à 21h30

Mat Gallet

Les Nuits de Fourvière 2008, c'est :
- 34 spectacles dont 7 créations
- 68 représentations dont déjà 32 affichent sold out
- 260 personnes qui travaillent sur le site
- 6.5 millions d'euros de budget
- 4500 places dans le Grand Théâtre

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut