Marivaux le vaut bien

Extraits choisis.

Michel Raskine est de ses metteurs en scène qui aime à parler de leur travail, et qui le fait avec une telle passion qu'il suscite le désir immédiat de voir la pièce ! Cette année, le metteur en scène s'attaque à un classique, et non des moindres, Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux. Il sait que ce choix va en surprendre plus d'un et ses partis pris dramaturgiques aussi. Plus habitué au répertoire contemporain, il éprouve le désir depuis deux ans de retourner explorer avec ses spectacles le XVIIIème siècle qu'il affectionne depuis l'adolescence. Cette saison les spectateurs pourront ainsi voir (ou revoir) sa précédente création, Jean-Jacques Rousseau et prolonger leur voyage dans le siècle des lumières avec Marivaux.

Traitement de choc
Une chose est sûre, sa mise en scène promet de faire subir à ce classique " un traitement de choc " puisque d'après lui " le metteur en scène a le devoir de faire que les gens entendent vraiment le texte ". Raskine réinterroge ainsi la tradition notamment en posant le postulat : " et si le jeu de l'amour et du hasard était le récit d'un dernier amour ? ". Il vieillit l'âge supposé des personnages et offre le rôle de Sylvia à la grande Marief Guittier. Pour sa distribution, il s'entoure de comédiens avec lesquels il a déjà travaillé, une nécessité pour lui pour appréhender cette nouvelle création avec, dit-il, " son gang ", " son commando ". Quant à lui, il s'octroie le rôle du frère, " l'allier de principe ". Il promet aussi " une simplification extrême de l'image " pour sa scénographie.
Pour lui, cette œuvre de Marivaux est " une pièce parfaite, brutalement mathématique, une pièce lumineuse ". Il se souvient d'une création télévisuelle de 1967 du Jeu de l'amour et du hasard par Marcel Bluwal. Il se souvient de l'audace comprenant qu' " une mise en scène de pièce célèbre appartient au temps ". De toute manière Michel Raskine dit qu' " il n'a plus rien à perdre et plus rien à prouver non plus ". D'accord avec lui, et impatiente de voir sa nouvelle création !
www.lepointdujour.fr

La Seconde surprise de l'amour, On ne badine pas avec l'amour, le Jeu de l'amour et du hasard, La Surprise de l'amour et le Triomphe de l'amour... Marivaux est, une fois de plus mais plus encore, le super-héros de la saison 2008/2009 des théâtres lyonnais. Son omniprésence apparaît comme une bonne occasion de découvrir les différentes facettes de cet auteur assez ambigu. Fort de cinq nominations aux Molière en 2008, La Seconde Surprise de l'amour mis en scène par Luc Bondy séduit par la qualité et la finesse de l'interprétation pour un marivaudage qui prend conscience de la complexité du texte... Quant au Jeu de l'amour et du hasard, la pièce se démarque par le choix dramaturgique du metteur en scène Michel Raskine suscitant déjà la curiosité ! Cette passion immodérée pour Marivaux a un double avantage. Monter une pièce de Marivaux garantit des subventions puisqu'il est un auteur du patrimoine français. Et semble encore attirer le public en mal d'amour.

La Seconde Surprise de l'amour de Marivaux, mise en scène Luc Bondy du 8 au 26 octobre 2008. Au théâtre des Célestins.
www.celestins-lyon.org tel : 04 72 77 40 00
Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux, mise en scène Michel Raskine du 26 février au 8 mars puis du 24 au 28 mars 2009. Au théâtre du Point du Jour. www.lepointdujour.fr
Tél : 04 78 150 180
Le Triomphe de l'amour de Marivaux, mise en scène Cendre Chassanne du 20 au 27 janvier 2009. Au théâtre de la Renaissance. www.theatrelarenaissance.com
Tél : 04 72 39 74 91
La surprise de l'amour de Marivaux, mise en scène par André Tardy. Le vendredi 12 décembre 2008. Au centre culturel le Radiant. www.leradiant.com. Tél : 04 78 23 84 02

Audrey Hadorn

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut