Article payant

Mai 68 à Lyon : le calme jusqu’au basculement

À l’occasion des cinquante ans de Mai 68, Lyon Capitale vous propose sur trois numéros de revenir sur cet événement qui a marqué les décennies suivantes. En s’intéressant à l’aspect lyonnais des “événements”, qui ont commencé calmement avant de bouleverser la ville.

Lyon, 1967. Mai 68 est encore loin, pourtant le climat social se fait de plus en plus pesant. Tout au long de l’année, plusieurs conflits autour des conditions de travail éclatent dans les usines du constructeur automobile Berliet, mais aussi chez Rhodiacéta, spécialiste de la soie artificielle : l’entreprise textile a supprimé des postes, diminué le temps de travail et baissé les salaires. Les milieux universitaires ne sont pas en reste ; nombreux sont les étudiants à se mobiliser contre la guerre du Vietnam – les manifestations, interdites, se terminant par des interpellations. Les étudiants vont soutenir les ouvriers de Rhodiacéta, qui rompent avec les habitudes des syndicats et n’hésitent pas à entrer dans une lutte intense, basée sur le rapport de force physique plus que sur les négociations de bureau. Dans ce contexte lyonnais déjà tendu, les événements parisiens vont mettre le feu aux poudres.

Particularisme lyonnais

Il vous reste 84 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Stéphane Bern
D’abord journaliste à Jours de France, magazine spécialisé dans l’actualité des familles royales européennes, puis sur Europe 1 où il a narré pendant plusieurs années les destinées des grands de ce monde, Stéphane Bern s’est véritablement fait connaître du grand public le 31 août 1997, sur le plateau du journal télévisé de TF1, pour évoquer la mort de la “superstar” Lady Di. Dès lors, le chroniqueur royal lyonno-luxembourgeois est propulsé sur le devant de la scène. Depuis trois ans, il est au chevet du patrimoine français en péril, après avoi été nommé “Monsieur Patrimoine” par le président de la République. Rencontre avec un “raconteur d’histoires”, “profondément attaché à Lyon”, qui publie son 42e livre Les Records de l’histoire (Albin Michel) et un cahier de vacances spécial Secrets d’Histoire.
Faire défiler vers le haut