Philippe Noiret dans “L’Horloger de Saint-Paul”, de Bertrand Tavernier © Studiocanal
Philippe Noiret dans “L’Horloger de Saint-Paul”, de Bertrand Tavernier © Studiocanal
Article payant

Lyon, au cinéma depuis plus de 120 ans

Même si elle fut son berceau avec les frères Lumière, la ville de Lyon eut du mal à s’imposer sur les écrans face à Paris, qui concentre une grande partie de l’industrie cinématographique. Pourtant, avec ses deux cours d’eau, ses ruelles Renaissance et une histoire riche en scénarios potentiels, elle offre un beau plateau.

Tout a commencé à Lyon, en 1895. Cette année-là, grillant la politesse à Edison, Louis et Auguste Lumière inventent le cinéma. S’il ne devait rester qu’un film, ce serait donc sans doute le tout premier. Avant de dévoiler leur cinématographe, les Lumière ont fait quelques essais dans leur demeure du 8e arrondissement, mais La Sortie des usines Lumière est le premier à avoir été pensé pour être montré au grand public. L’action est dirigée et les deux frères en réaliseront même plusieurs versions. La révolution est lancée. De 1895 à 1905, 1 422 films Lumière sont tournés à travers le monde. Par la suite, les frères vont davantage se concentrer sur d’autres inventions, dont la photographie couleur, ou en relief, laissant à d’autres le plaisir de rédiger la grammaire cinématographique à partir de leurs bases en 24 images par seconde.

Il vous reste 91 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
À la fin du xixe siècle, les affaires de banditisme et autres crimes crapuleux font régulièrement la une des journaux. Mais deux Lyonnais, Alexandre Lacassagne et Edmond Locard, vont refuser que leur pays soit gangrené par le crime. Ensemble, ils vont révolutionner les méthodes de la police.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut