Logo-Pulp-my-festival

Lumière 2013 : Pascal Demolon, la “supercoolness” en action

Pour reprendre les mots de Quentin Tarantino lors de son hommage à Jean-Paul Belmondo, la “supercoolness” est le maître mot de la soirée d’hier soir à La Plateforme, village de nuit du Festival Lumière. Rencontres.

Avec l’arrivée de Quentin Tarantino, la soirée est déjà chargée en émotion. Les accrédités et noctambules sont en place sur la péniche, attendant des renforts pour liquider les quelques caisses de champagne.

Les invités présents lors de la projection d’ouverture ne tardent pas à arriver. Si Bébel manque à l’appel, certains, comme Laurent Gerra, sont toujours là année après année ! Patrick Timsit, Francois-Xavier Demaison, Laure Marsac, Antoine Duléry… ils débarquent tous dans la salle et donnent un coup de chaud à l’ambiance. Les festivaliers et les invités se mélangent dans un joyeux désordre.

Les allées et venues au bar emplissent la salle de bruits de verres qui s’entrechoquent. Sur la terrasse, on ne ressent pas le froid qui s’installe. Les invités en costumes sont maintenant en duos ou trios avec les festivaliers, dérangés de temps à autre par le flot de personnes qui bougent au rythme des pas de Quentin Tarantino. De table en table, les langues se délient et les conversations débordent. En déambulant entre la grande salle et la terrasse, Pascal Demolon entre dans notre champ de vision. L’acteur qui a joué dans Blueberry aux côtés de Vincent Cassel et dans des séries françaises comme Kaamelott, Un village français, Braquo, est prompt à discuter. Ça tombe bien, nous aussi !

Pascal Demolon © DR

Pulp My Festval : Sacrée soirée d’ouverture, comment vous l’avez trouvée ?

Pascal Demolon : “C’était formidable ! Vraiment, c’était super émouvant. Alors, non, je n’ai pas pleuré (rires) mais j’étais à deux doigts. J’ai pu revoir déjà ces deux grands noms que sont Belmondo et Gabin. Ils nous ont fait grandir ! Je les regardais quand j’étais môme ! Et puis, au-delà de ça, le film est magnifique. Voyez-le ! Trouvez-le en DVD !

Vous êtes très enthousiaste, c’est votre première fois au Festival Lumière ?

Non, je suis déjà venu quelquefois au festival. Je suis aussi venu plusieurs fois à Lyon pour tourner dans Kaamelott par exemple et aussi pour Braquo. Là, je viens présenter Mélodie en sous-sol d’Henri Verneuil avec Xavier Durringer. Tout simplement pour faire partager notre amour pour le film, on l’adore tous les deux !

Vous avez d’autres projets avec Olivier Marchal (créateur de la série Braquo) ?

Oui ! C’est pour l’année prochaine. Ce sera un polar, toujours, qui sera tourné en Thaïlande. C’est un pays que je ne connais pas du tout ! J’ai déjà voyagé en Asie, notamment en Inde pour tourner la série Rani. Donc, ce sera des conditions de travail plutôt sympa !”

Puis il sort fumer sa cigarette, et la déambulation reprend son court.

Pascal Elbé est en train de repousser gentiment un festivalier un peu trop intrusif tandis que Quentin Tarantino échange des rires avec deux jeunes femmes. Célibataire endurci qui aime les femmes fortes, souhaitons-lui de trouver l’amour, l’inspiration ou simplement d’apprécier une bonne soirée. Puisqu’il ne faut pas bouder son plaisir, nous reprendrions bien un peu de “supercoolness” ce soir encore.

---

Mélodie en sous-sol, d’Henri Verneuil, ce mardi soir à 20h, à Ciné’Mions (à Mions), en présence de Pascal Demolon et Xavier Durringer.

------

Pulp logo 2 ()

Cet article est extrait du blog dédié au festival Lumière 2013 par des étudiants en master Journalisme de Sciences Po Lyon, en association avec Lyon Capitale : Pulp My Festival

à lire également
La trilogie Le Parrain va être projetée à la halle Tony-Garnier le 19 octobre prochain lors de la Nuit du cinéma du festival Lumière. Les places pour cette saga de Francis Ford Coppola sont d’ores et déjà disponibles.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut