De nombreux figurants composeront le chœur pour interpréter le galvanisant Messie © Stofleth

Le Messie à l’opéra de Lyon : l’un des plus spectaculaires oratorios de Haendel

Avec Stefano Montanari à la baguette et Deborah Warner à la mise en scène, l’Opéra de Lyon propose Le Messie, l’un des plus spectaculaires oratorios de Haendel. Alléluia !

Oyez oyez ! Un enfant nous est né ! Un prophète, un messie, le Christ quoi… Histoire de bien réaliser l’importance de l’événement et de célébrer en musique le passage furtif sur terre de l’incarnation de Dieu, Georg Friedrich Haendel nous la fait en mode péplum. Plus fort que Cecil B. DeMille, les protagonistes principaux chanteront des airs et de nombreux figurants composeront le chœur pour une comédie musicale post-biblique et endiablée !

Le public ne s’y est pas trompé et Le Messie demeure un tube incontesté du répertoire “since 1742”. C’est que Haendel fait fort en rivalisant d’effets dramatiques en chœurs fugués à tomber par terre… Si bien qu’en deux heures trente d’un oratorio à cent à l’heure, on ne s’ennuie pas une seconde.

C’est Stefano Montanari, spécialiste-maison des baroqueries en tout genre, qui tiendra la baguette à la tête de l’orchestre de l’Opéra de Lyon. Concernant la mise en scène, traditionnellement proscrite dans le genre oratorio (pour ne pas distraire le fidèle), la Britannique Deborah Warner joue la carte de l’intimisme et de l’humanité, sans doute afin d’entrer en résonance avec la figure du Christ, tantôt enfant à protéger puis adulte martyr sacrifié pour la cause.


Le Messie – Du 13 décembre au 2 janvier à l’opéra de Lyon, Lyon 1er –  www.opera-lyon.com


d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut