Chiens de Navarre Vieillir ensemble recadré
© Philippe Lebruman

Le Best-Of des Subsistances : 4 spectacles de retour à Lyon

Après une saison 15-16 mouvementée, les Subsistances se recentrent sur la création artistique (l’accueil aussi bien que la programmation) et les valeurs sûres. Notamment quatre spectacles créés quai Saint-Vincent qui ont connu un succès international. Les Chiens de Navarre aboient évidemment dans ce Best-Of.

Quand je pense qu’on va vieillir ensemble – Cie Les Chiens de Navarre © Philippe Lebruman

© Philippe Lebruman
Quand je pense qu’on va vieillir ensemble – Cie Les Chiens de Navarre.

Les Chiens nous apprennent à ouvrir une porte

Dans le collimateur de Jean-Christophe Meurisse, metteur en scène et maître-Chiens de Navarre, pour sa création Quand je pense qu’on va vieillir ensemble, il y a une tendance (très) lourde de notre époque : celle du coaching, des groupes de parole, des stages bidon et hors de prix qui prétendent donner au pigeon qui se laisse berner une nouvelle personnalité. Un nouveau comportement qui l’aidera à trouver un job selon ses rêves, un compagnon (ou une compagne) idéal(e)…

Telle une meute enragée, Les Chiens de Navarre s’emparent de ces thèmes à leur manière, iconoclaste et furieuse. Sur une scène envahie de terre, on assiste à des réunions de groupe où sont tournées en dérision toutes ces fumisteries. Ainsi voit-on dans l’un de ces rassemblements comment de malheureux chômeurs sont soumis à des épreuves ridicules censées leur apprendre à ouvrir une porte et à dire bonjour à leur futur employeur… Suivent d’improbables séances où un charlatan fait répéter inlassablement des gestes de présentation.

C’est d’une drôlerie irrésistible et d’une cruauté incroyable. S’y reflète la détresse de ceux qui cherchent de l’aide devant un quotidien insupportable. Un autre axe de la pièce est en effet une phrase de Stig Dagerman : “Notre besoin de consolation est impossible à rassasier.”

Se mêlent aux moments burlesques des séquences quasi trash qui évoquent le sadisme dans le couple ou la férocité perverse de l’enfance. L’ensemble est décousu, forcément inégal, mais toujours porté par une troupe de comédiens dotés d’une vis comica peu commune.

Ce spectacle créé aux Subsistances est reprogrammé dans le cadre du festival Best-Of. Un événement qui,

Fondant, grinçant, originel

P.P.P. de Phia Ménard © Jean-Luc Beaujault / Subsistances

© Jean-Luc Beaujault / Subsistances
Phia Ménard / P.P.P.

Outre les Chiens de Navarre, les Subs ont programmé dans leur best-of P.P.P., un spectacle envoûtant de Phia Ménard qui mêle cirque et performance. Le décor est fait de masses de glace fondant lentement. Un univers mouvant qui exprime la force poétique de cette artiste, homme devenu femme, en constante transformation.

On retrouve aussi ¡Esmérate ! (Fais de ton mieux !), une échappée chorégraphique et théâtrale de Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna. La pièce nous plonge dans un univers ultramoderne saisissant. Le sujet est la quête du bonheur. Huit comédiens et danseurs émérites tentent de trouver le chemin qui mène à la joie absolue. L’humour, parfois grinçant, de ce spectacle singulier est irrésistible.

Esmerate! (Fais de ton mieux!) de Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna © Brigitte Eymann

© Brigitte Eymann
B. Seth et R. Montllo Guberna / Esmerate ! (Fais de ton mieux !)

Enfin, Germinal, performance théâtrale et chorégraphique d’Antoine Defoort et Halory Goerger. Sans aucun rapport avec le roman d’Émile Zola, ce spectacle nous fait remonter aux origines.

Germinal, d’Antoine Defoort et Halory Goerger © Beaborgers

© Beaborgers
Antoine Defoort et Halory Goerger / Germinal.

L’un des points communs de ces quatre spectacles est le mélange des genres (musique, théâtre, danse), mais le principal est leur qualité artistique. Celle-ci leur a valu de figurer dans ce best-of et de connaître des tournées dépassant nos frontières hexagonales. À voir ou à revoir…

P.P.P – 10, 11 et 12 novembre à 20h.
¡Esmérate ! – 17, 18 et 19 novembre à 20h.
Quand je pense qu’on va vieillir ensemble – 24, 25 et 26 novembre à 20h.
Germinal – 1er, 2 et 3 décembre à 20h.
Tous les spectacles ont lieu aux Subsistances.

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut