La Griffe Lyonnaise 2009 : un cru très design

« Très design et masculine », voilà comment qualifier la sixième édition de la Griffe lyonnaise. Une cérémonie éclair qui inaugurait ce jeudi 17 décembre un nouvel emballage – exit les traditionnelles tables et le repas, tout le monde debout - placée sous le signe de la sobriété.

Devant un parterre de petites robes noires en veux-tu en voilà, c’est un Gérard Collomb en grande forme qui a clos la cérémonie en remettant la griffe Jeune Talent, hier, à l’occasion de la sixième édition de la Griffe lyonnaise qui récompense les talents artistiques et créatifs made in Lyon. Sur ses terres dans cette ancienne vinaigrerie du 9ème arrondissement à peine débarrassée de ses machines pour l’occasion, le maire a ironisé sur le fait qu’il n’aurait pu recevoir un tel prix, donnant ainsi quelques couleurs à une soirée pâlotte mais qui tient néanmoins une formule plus dynamique et plus fraîche que par le passé.

La classe Arrivetz

Le jury placé sous le patronage d’Elsa Francès, directrice de la Cité du Design de Saint-Etienne a attribué la Griffe d’honneur à Jean-Yves Arrivetz, architecte et designer, deuxième du nom. Fils de Pierre Arrivetz, ce fondateur d’une enseigne de décoration et d’aménagement intérieur a réussi à se forger un prénom et un style bien à lui – chic, épuré, aux accents futuristes- qui habille des lofts de particuliers, des restaurants en vue dont le récent Domo au Confluent, mais aussi l’espace public à l’image des nouveaux abribus Decaux qui portent sa signature. Il a su se faire apprécier du grand public comme des initiés.

Fibres sensibles

Griffe Mode et Accessoires et seule femme à avoir été récompensée : Françoise Hoffmann, artiste textile. Sa maîtrise de techniques ancestrales mariée à une recherche très contemporaine débouche sur la réalisation de pièces uniques qui inscrivent leur singularité au cœur même de la fibre. Dans son atelier de la Croix-Rousse, Françoise Hoffman trouve les alliances subtiles pour marier soie, coton, laine, tulle, prenant appui sur le métier rare de feutrière et se baladant avec bonheur entre arts et mode. Nommée Maître d’art par le ministère de la Culture en 2008, elle expose la même année ses créations au Cooper-Hewitt National Design Museum de New-York. On peut voir son travail au musée des Tissus de Lyon ou la galerie Artefac, rue de la Charité.

Brut de décoffrage

La Griffe Architecture-Design-Décoration est revenue à Axel-Olivier Icard de A.O.I Design. Un talent de touche-à-tout, architecte, designer, photographe, qu’il communique aussi bien aux meubles – on est fan de ses tables basses – qu’aux luminaires. Mention spéciale à ses tableaux urbains montés sur toile d’acier, support sur lequel il a trouvé le moyen de piéger la photographie. Signe distinctif : cet homme-orchestre de 34 ans sait ressusciter les objets industriels et les matériaux arrivés en fin de vie. Brut de décoffrage comme on aime.

Et la lumière fut

Jean Piton, designer et plasticien depuis 1986, arpente la thématique de la lumière en inventant de nouveaux matériaux. Citons notamment ses tissus lumineux en fibre optique qui font florès dans la haute couture, la décoration (Ligne Roset), l’industrie (Citroën). Bing ! Il a hérité d’une Griffe Innovation bien méritée.

Design vitaminé

Griffe Jeune Talent : David Lesort et Arnaud Giroud de Pitaya Design. Le tandem a imposé sa fraîcheur et son humour. On l’a vu sur scène lors de la soirée, ce qui les intéresse, c’est avant tout de s’amuser dans ce qu’ils font. Décomplexées, rigolotes et poétiques, leurs créations se jouent des disciplines : installations lumineuses écolo en forme de bouquets le plus souvent (Fête des Lumières 2006- 07-08), meubles, objets design, ils se sont aussi récemment lancés dans design culinaire. A suivre.

Au cœur de l’image

Dans son atelier de vitrail du quartier Saint-Georges, Joël Mone n’a de cesse de faire parler la transparence du verre tout en y imprimant l’art du trompe-l’œil. Une quête entamée il y a trente ans qui lui a valu la Griffe Artisanat d’Art. Nicolas Ticot et XLR Project qui, comme son nom ne l’indique pas, est un collectif d’artistes oeuvrant dans la vidéo et le numérique lors de spectacles, à la faveur d’installations, de performances, de soirées plus ou moins institutionnelles. C’est la Griffe Création numérique 2009. Erick Saillet, Griffe Design Visuel. Photographe depuis 1993, il a chic pour présenter des bâtiments déjà gâtés par la nature sous leur meilleur angle en trouvant la perspective qui sublime, la lumière qui transcende, la géométrie parfaite des architectures intérieures et extérieures d’exception qu’il se plaît tant à immortaliser.

à lire également
Gabriela Ortiz, la créatrice de la marque Leonor Roversi © Tim Douet
Ses valeurs : la multiculturalité et l’égalité homme-femme. Ses armes : un sens aiguisé du commerce et un dynamisme à toute épreuve. Gabriela Ortiz, à la tête de la toute jeune griffe de prêt-à-porter Leonor Roversi, compte bien conquérir le cœur, et l’esprit, des Lyonnais.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut