KIRIKOU PREND CORPS

Près de 4 millions de spectateurs, 1,5 millions de DVD vendus : les deux dessins animés du réalisateur Michel Ocelot, Kirikou et la sorcière et Kirikou et les bêtes sauvages avaient fait un tabac. Ils sont maintenant adaptés pour la scène. Et cette nouvelle aventure spectaculaire trouve ses racines à Lyon. Victor Bosch, patron du Transbordeur et producteur de Notre dame de Paris et du Petit prince, monte cette comédie musicale. Guy Darmet, directeur de la Maison de la danse, a suggéré Wayne Mc Gregor, chorégraphe contemporain, pour la mise en scène. Il a apporté sa Maison pour les répétitions durant cet été. La création mondiale y a lieu avant le Casino de Paris en octobre. C’est un pari risqué, à 5 millions d’euros, et magique que de voir le petit Kirikou et ses comparses dessinés prendre corps dans ceux de 21 artistes d’origine africaine qui chanteront et danseront les aventures du héros qui « est petit, mais c’est mon ami ». Une aventure qui excite déjà le public lyonnais puisque toutes les représentations à la Maison de la danse sont complètes.

Kirikou et Karaba, comédie musicale de Michel Ocelot, mise en scène de Wayne Mc Gregor. Jusqu’au 23 septembre à la Maison de la danse, 8 avenue Mermoz, Lyon 8. 04 72 78 18 00 ou www.maisondeladanse.com

Les papas de Kirikou

Michel Ocelot : créateur de Kirikou, il a vécu son enfance en Guinée. Michel Ocelot a réalisé de nombreux films d’animation depuis 1976, mais le succès lui vient en 1998 avec Kirikou et la sorcière et en 2005 avec le second volet. En octobre 2006, Il a sorti Azur et Asmar, son nouveau long métrage. Pour le spectacle, il écrit le livret, l’adaptation et les textes des chansons.
Wayne Mc Gregor : Chorégraphe britannique de 36 ans, il jongle talentueusement entre les différentes facettes de la danse, classique et contemporaine, savante et populaire, et les nouvelles technologies. Depuis 2006, il est chorégraphe résident au Royal Ballet de Covent Garden. Wayne Mc Gregor assure l’adaptation scénique, la mise en scène et la chorégraphie du spectacle.
Victor Bosch : Patron du Transbordeur, producteur de Notre Dame de Paris et du Petit prince, il monte le spectacle, associé à Didier Brunner qui a produit, au cinéma, les deux Kirikou et Les triplettes de Belleville. Les deux autres co-producteurs sont France Télévisions et EMI Music France.

Guy Darmet : Directeur de la Maison et de la Biennale de la danse, c’est lui qui a suggéré le nom du chorégraphe. La Maison de la danse accueillera la première mondiale du spectacle le 11 septembre.

à lire également
La Maison de la danse – Lyon 8e
Du 15 au 21 octobre, la Maison de la danse se met à l’heure du numérique pour nous faire découvrir ce que les nouvelles technologies apportent à la danse et… au public !
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut