Circ Lyon (©Google streetview)

Il y a 50 ans, la première pierre du Circ posée à Lyon

La construction du Centre international de recherche sur le cancer (Circ), organe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sous l'égide de l'Onu, a débuté le 23 mars 1969.

Il neige encore sur le quart nord-est de la France en ce début de printemps 1969. Et c'est sous des températures très froides qu'est posée la première pierre du Centre international de recherche contre le cancer, au 150, cours Albert Thomas, dans le 8e arrondissement de Lyon. Le dernier Premier ministre de Charles de Gaulle, Maurice Couve de Murville, a fait le déplacement pour l'occasion, rappellent les archives municipales.

Si c'est à l'initiative du fondateur de la Ve République que ce centre vit le jour, c'est bien un groupe d'intellectuels mené par  Emmanuel d'Astier de la Vigerie, qui l'avaient convaincu, quelques années plus tôt de la nécessité d'une telle installation. Les deux hommes hommes s'étaient connus dans la Résistance. On notera la présence de François Mauriac, Antoine Lacassagne ou encore Charles Le Corbusier dans ce groupe d'influence.

Etudes épidémiologiques

Le 20 mai 1965, la France fait voter une résolution pour la création du Circ lors de la 18e Assemblée mondiale de la santé, où se prennent chaque année les décision de l'OMS. Sa naissance officielle, avec entrée en vigueur de son statut comme extension de l'OMS, se produit le 15 septembre 1965. Le choix de Lyon, comme ville siège est fait dans la foulée.

Le Circ aura dès lors pour mission de travailler sur l'épidémiologie des cancers. "Diriger et de coordonner la recherche sur les causes du cancer", dit son conseil scientifique lors de la réunion fondatrice du de mars-avril 1965. Le Circ publie également des monographies sur le caractère cancérogène de certains produits.

Le centre, qui a donc fêté les 50 ans de sa création en 2015, déménagera en 2021, pour se loger dans un tout nouvel écrin, à Gerland (lire ici). Coût de l'opération : 52 millions d'euros, dont 18 à la charge de la Métropole, 17 pour l'Etat français et 13 pour la Région.

Lyon  : le CIRC doit déménager à Gerland d’ici 2021

à lire également
Tous les jours, nombreux sont les Lyonnais à passer devant lui, parfois sans remarquer sa présence. La polémique sur la bâche publicitaire au-dessus de lui a rappelé que le Veilleur de pierre est encore aujourd'hui le garant de la mémoire de Lyon. Pourquoi est-il installé ici ?  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut