Lyon Capitale n°166
Article payant

Il y a 20 ans : un livre qui pèse 560 000 francs

Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – En 1997 sort le livre "Aubrac, Lyon 1943". Un ouvrage qui remet en cause les actes de résistance des époux Aubrac, et les accuse même de collaborationnisme. Un an après, en 1998, l'auteur et l'éditeur sont condamnés pour diffamation par le tribunal correctionnel de Paris.

Selon le tribunal, Gérard Chauvy, auteur de "Aubrac, Lyon 1943" n'aurait pas suffisamment hiérarchisé ses sources, pas assez critiqué ses archives et basé son argumentation sur un ouvrage "calomnieux". L'auteur s'est en effet basé sur les mémoires du tortionnaire de Lyon, Klaus Barbie, qui dans un livret mentionnait le nom Aubrac comme étant un agent double de la Gestapo. L'auteur et l'éditeur, condamnés à verser 560 000 francs de dommages intérêts et autres amendes, n'en démordent pourtant pas au sortir du procès. Selon eux, cette condamnation est symptomatique d'une frilosité à étudier la période de la seconde guerre mondiale, et ils assurent qu'ils iront au bout du dossier.

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
“Une cité industrielle” de Tony Garnier – Vue des usines [Une cité industrielle : 3 SAT 2 / Gilles Bernasconi / Crédit photographique (reproduction) / Archives municipales de Lyon] (détail)
À l’occasion de l’exposition aux archives municipales, nous vous proposons de redécouvrir les projets de l’architecte lyonnais qui n’ont pas dépassé le stade du plan, comme sa Cité industrielle, ou été déformés par rapport à sa vision, comme le quartier des États-Unis. Inventaire illustré.
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut