Délaissé Urbain : petite utopie urbaine

Paturage avec moutons ou containers pour résidence d'artistes ? Aux habitants de choisir !

La ville de Lyon, et singulièrement le 7e arrondissement, regorge encore de ces petites zones en friche, mangées par les herbes ou le bitume, jonchées de détritus ou squattées par les voitures, en attente d'une probable reconversion, le plus souvent immobilière. Ces interstices sauvageons, échappant encore à la règle normative de l'aménagement, on les appelle les "délaissés urbains". Au cœur de la Guillotière, il existe ainsi une parcelle vacante, appelée "dent creuse", pour laquelle la galerie Roger Tator, installée tout près, rêve un éphémère destin artistique. La galerie a en effet saisi l'occasion d'un appel d'offres lancé par la Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes, pour imaginer des interventions artistiques temporaires dans ce lieu improbable. A l'image de ce qui avait déjà été réalisé, 6 ans plus tôt, sur "l'îlot d'Amaranthes". L'appel d'offres, ouvert à une grande diversité d'artistes, architectes, graphistes ou scénographes, a suscité une soixantaine de réponses. Six d'entre elles, très diverses (plus une proposition un peu "hors jeu" d'étudiants) ont été retenues par un jury, et sont présentées actuellement au sein de la galerie. "On a souhaité une scénographie simple, offrant une grande lisibilité pour le public, et notamment les gens du quartier, à qui on demande de voter pour leur projet préféré" explique Marie Bassano, chargée de projets pour la galerie Tator. Sur un panneau figure la note d'intention, la simulation en images, et les références des artistes ou architectes, tandis qu'en dessous, le projet est présenté en volumes. "Spontanément, les gens sont très attirés par la Bergerie urbaine" poursuit Marie Bassano, qui détaille le projet de l'architecte Julien Tateossian : "l'installation prévoit d'aménager une zone de pâturage pour des moutons, assortie d'un abri, puis, à terme, d'un abattoir permettant aux gens du quartier, dont certains sont musulmans, d'abattre leur mouton pour la fête de l'Aïd par exemple. Mais ce dernier point séduit moins les riverains..." précise-t-elle. Autre projet, plus consensuel, plébiscité par les habitants : L'arbre de vie, imaginé par les designers parisiens Florent Coirier et Grégory Marion. Ce projet prévoit d'installer un mobilier urbain convivial - grandes tablées et auvent - propice aux repas de quartier et autres "sorties de plein air" facteurs de cohésion sociale. Plus artistique, Le Rocher conçu par les designers Hervé Dixneuf et Grégory Blain, se présente comme une sorte d'iceberg offrant un contre-point minéral à l'îlot d'Amaranthes. Dans la même veine, Rock Faces de l'architecte Nicolas Maurice est un mur d'échaffaudages à végétaliser, sorte de jardin vertical. Factatory (contraction de Factory et Tator) de l'architecte Vadim Sérandon est un empilement d'une quinzaine de containers-ateliers pouvant servir de résidence d'artistes et d'annexe à la galerie Tator. Enfin, plus utopique, La marée verte est une petite fiction urbaine créée par un groupe de graphiste, paysagiste, urbaniste et musicien, narrant les aventures de Greeman "un petit surfeur mais un super héros au service du beau". Dans un jeu vidéo présenté en sous-sol de la galerie, on voit Greenman emprunter sur son surf la diagonale Félix-Faure et tout végétaliser sur son passage... Parfois, il se heurte à des habitants du quartier qui déplorent, en vidéo, de vivre dans un quartier "tout pourri" et confient leurs rêves de cabane, de sable, de plage, de bout de jardin ou de plants de tomates... Soucieux d'associer les habitants du quartier et de "casser les a priori" qu'ils pourraient avoir vis-à-vis de la galerie, l'équipe de Tator organise également une rencontre, samedi 7 juin, sur l'îlot d'Amaranthes, avec les concepteurs des différents projets.

A l'état de maquettes, présentation des 6 + 1 projets retenus suite à l'appel à projet "délaissé urbain". Jusqu'au 7 juin 2008.

Galerie Roger Tator, 36 rue d'Anvers, Lyon 7e. 04 78 58 83 12. Lundi-vendredi, 14h-19h. www.rogertator.com

à lire également
Le musée des Confluences propose une nouvelle exposition temporaire. Du 21 décembre, demain, au 28 juin 2020, les visiteurs pourront découvrir l’histoire d’insectes extraordinaires : les coléoptères.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut