Philippe Jaroussky porte paysage
© Simon Fowler / Virgin Classics

Concert : un ange passe à Lyon

Le contre-ténor superstar Philippe Jaroussky, à qui la majorité des mélomanes avertis rêveraient de confier leur fille, est de retour (après seulement quelques mois d’absence) à la chapelle de la Trinité.

La voix de contre-ténor, registre féminin d’alto chanté par un homme, a souvent été comparée à la voix d’un ange… Du moins ce qu’on imagine de la voix d’un ange jusqu’à preuve du contraire. Prodige incontestable de ce registre, Philippe Jaroussky enchante depuis des années les amateurs du genre grâce à une technique sans faute et une souplesse inégalée.

C’est dans l’une des plus belles cantates de J.S. Bach, la BWV 82, Ich Habe Genug, dans sa version pour voix d’alto, hautbois, cordes et continuo que notre voix d’ange nationale s’illustrera ce vendredi à la chapelle de la Trinité. Un chef-d’œuvre absolu taillé sur mesure pour Jaroussky, qu’on entend déjà dialoguer avec les lignes mélismatiques du hautbois obligé et se fondant dans son timbre.

Deux cantates de Telemann – moins connues – compléteront le programme confié, quant à la direction, à Julien Chauvin et son Concert de la Loge. Que du beau monde !

Philippe Jaroussky / Cantates sacrées – Vendredi 25 novembre à 20h, à la chapelle de la Trinité. Réservation sur le site des Grands Concerts.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut