Ca valse aux Subsistances

Au cours de résidences, ils ont été invités à travailler en tandem sur le vêtement d'aujourd'hui lorsqu'il est en scène et les manières dont il peut perturber ou enrichir le langage chorégraphique. Aux côtés du styliste Sébastien Meunier, on retrouvera Alain Buffard autour de l'idée des aliments en guise de vêtements aussitôt recrachés comme une manifestation de contre-productivité. Le chorégraphe Alexandre Roccoli et la styliste américaine Asha Mines feront apparaître le vêtement comme créateur de l'architecture du corps et du mouvement. Anne Juren et Brigitte Felderer sont allés à la recherche des mouvements qui nous feraient ôter nos vêtements, avec l'aide de l'illusionniste Loïc Azlo et, Chris Haring s'est allié à un collectif de stylistes autrichiens pour développer un travail autour de l'identité sexuelle et du vêtement...

La valse à mille temps
Autre projet pour ce week-end, avec un collectif de trois chorégraphes contemporains - Thomas Lebrun, Julia Cima et Yasmeen Godder - qui ont décidé de poser un regard particulier sur la valse, danse d'hier, populaire, de couple, passée sans vergogne du salon au bal musette. On retrouvera plus tard Thomas Lebrun qui jouera à lui tout seul à l'homme juke-box en proposant des soli improvisés sur un choix musical fait par le spectateur. Ce sera ici l'occasion de créer des personnages souvent drôles, amenant une nouvelle approche de la danse contemporaine au public. Et pour terminer sur la partie danse, on pourra découvrir la chorégraphe Autrichienne Doris Uhllich avec un duo constitué d'anciens solistes de l'Opéra de Vienne, alors que 30 ans et une longue carrière les séparent de cette jeune chorégraphe formée à la danse contemporaine. Une réflexion se dessine autour des codes de la danse classique qu'elle mettra à l'épreuve avec un regard critique mais, c'est là l'intérêt de la pièce, en essayant aussi d'en comprendre le sens et les vrais fondements. Lors de ce riche week-end, le théâtre, les performances, le cirque seront aussi à l'honneur. A ce titre, on peut vous rappeler de ne rater sous aucun prétexte Mathurin Bolze, artiste classé nouveau cirque mais dont le travail sur le corps et l'espace va bien au-delà de celui fait par de nombreux chorégraphes. Sa pièce Ali est un numéro à deux, un rendez-vous sans mots entre lui et Hedi Thabet, et c'est dans la dextérité que représente l'acrobatie qu'ils iront confronter leurs différentes manières d'appréhender l'équilibre, là où les corps n'ont plus d'échappatoire !
Martine Pullara

"Ça valse ! " aux Subsistances du 10 au 12 octobre 2008. Tel : 04 78 39 1002.

www.les-subs.com

Faire défiler vers le haut