Mon traître Meirieu Chalandon
Mon traître © Mario del Curto

Bouleversante traîtrise au théâtre de la Croix-Rousse

Créé en 2013 par le metteur en scène Emmanuel Meirieu, Mon traître s’inspire de deux romans de Sorj Chalandon. À (re)voir cette semaine à Lyon.

Mon traître, mise en scène d’Emmanuel Meirieu © Mario del Curto

Mon traître © Mario del Curto

C’est en larmes que l’écrivain Sorj Chalandon était sorti de l’adaptation scénique de ses romans Mon traître (qui donne son titre au spectacle) et Retour à Killybegs, présentée l’année dernière à Paris.

Trahison irlandaise

La pièce tient la gageure de compacter en à peine plus d’une heure les deux livres de près de 300 pages qui forment deux facettes d’une même histoire. Celle de la trahison bien réelle, pendant vingt-cinq ans, de Denis Donaldson, grande figure de l’Ira, devenu Tyrone Meehan sous la plume de Chalandon, son “frère de cœur” irlandais.

Outre ce thème essentiel de la trahison, on retrouve les grands sujets qui préoccupent l’écrivain : la violence, la barbarie, la guerre. Rien d’étonnant, son métier de journaliste pour Libération l’ayant longtemps amené sur les différentes zones de conflits qui ont agité le monde ces dernières décennies. Il a su en rendre compte dans son style tendu, imagé, où se bousculent sans répit les images saisissantes.

Une interprétation intense

Jean-Marc Avocat dans “Mon traître”, mise en scène d’Emmanuel Meirieu © Mario del Curto

Jean-Marc Avocat dans “Mon traître” © Mario del Curto

Au cœur d’un dispositif simple, apanage maintenant du metteur en scène Emmanuel Meirieu, c’est donc l’histoire d’un reniement qui s’incarne à travers deux personnages, endossés par deux comédiens dont on connaît l’intensité d’interprétation. Jean-Marc Avocat prête son physique impressionnant au traître. Tandis que Jérôme Derre s’empare de celui du journaliste et ami, témoin de son revirement. Jusqu’à ce que le fils de l’Irlandais, joué par Stéphane Balmino, vienne apporter son regard sur cette confiance et cette relation bouleversée.

Un hommage théâtral rendu à un homme qui vient de dire combien le théâtre comptait pour lui à travers son dernier ouvrage, Le Quatrième Mur (prix Goncourt des lycéens).

Mon Traître – Du 15 au 17 octobre à 20h, sam. 18 à 19h30 et dim. 19 à 15h, au théâtre de la Croix-Rousse.
> Sorj Chalandon sera samedi (18 oct.) à 16h à la bibliothèque du 4e, 12 bis rue de Cuire, pour rencontrer ses lecteurs. Inscription par courriel à la librairie Vivement Dimanche.

Lire aussi sur notre site : “Sorj Chalandon, d’une guerre l’autre”

à lire également
Jean Lacornerie, au théâtre de la Croix-Rousse en janvier 2020 © Jérôme Poulalier
Le directeur du théâtre de la Croix-Rousse, Jean Lacornerie, qui avait succédé à Philippe Faure en 2010, a annoncé son départ. Il quittera le théâtre en décembre.
Faire défiler vers le haut