Linguiste couv

Lecture d’été 1 : David Carkeet, la langue du crime

En attendant la rentrée littéraire, chaque samedi jusqu’au 24 août Lyon Capitale vous propose une lecture d’été. Cette semaine, un polar plein d’humour.

Sur la plage, au bord de la piscine ou dans son fauteuil préféré, la lecture de vacances se porte en général plus volontiers vers un bon polar (si tant est que l’on aime les polars, ce qui n’est pas obligatoire, mais ne venez pas troubler notre raisonnement avec des détails...) que vers des ouvrages de linguistique – pas la peine de prétendre le contraire, personne ne vous croira. Sauf quand le polar en question a pour titre Le linguiste était presque parfait – on ne vous fait pas de dessin quant à la référence de cette traduction, le titre original étant Double Negative – et se classe, à l’image de son titre presque parfait, pour ne pas dire carrément impec’, dans une veine satirique pas si éloignée d’un David Lodge. Comme pas mal de chefs-d’œuvre anglo-saxons, il nous parvient en version française avec un léger jet-lag (33 ans à peine) puisque David Carkeet, lui-même linguiste, l’a publié aux États-Unis en 1980.

L’histoire prend place dans une crèche expérimentale, terrain de recherche linguistique sur des bambins. C’est là qu’un cadavre est retrouvé, plus précisément dans le bureau du héros de l’intrigue, le linguiste légèrement inadapté Jérémy Cook – héros récurrent des romans de Carkeet. On cherche bien entendu le coupable, et Cook, tout en tentant de déterminer ce que “m’boui” peut bien vouloir dire dans la bouche d’un enfant en bas âge, va trouver là l’occasion non rêvée – on a beau être linguiste, on n’en oublie pas moins de communiquer – d’apprendre à mieux connaître et analyser ses collègues pour dénicher parmi eux l’assassin. Mais aussi, on allait oublier, qui, en début de roman, a osé le traiter de “trou du cul”.

Si vous n’aimez ni les polars ni la linguistique, ce roman à se tordre – à tous les sens du terme – vous réconciliera avec ces deux disciplines. Si, par extraordinaire, vous êtes amateur des deux, vous en aurez pour votre argent.

---

David Carkeet – Le linguiste était presque parfait – Éd. Monsieur Toussaint Louverture

-----

Envie de lire ? Retrouvez sur le site de Lyon Capitale tous les livres et tous les auteurs dont nous avons parlé cette année. Et encore plus ici.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut