La séléction cinéma de Lyon Capitale

Tourné dans la région Rhône Alpes, le premier long métrage de Carine Tardieu révèle une cinéaste pleine d'esprit et une formidable directrice d'acteurs. Coup de cœur de la semaine.

La tête de maman ***

De Carine Tardieu

Avec Karin Viard, Chloé Coulloud, Kad Merad... France. 1h35

L'histoire  : Lulu 15 ans, en pleine crise d'adolescence, doit composer avec une mère, hypocondriaque, mutique et pas mal dérangée psychologiquement... Pour la sauver de la déprime, Lulu part à la recherche de son premier amour.

Repérée par le producteur de Je vais bien ne t'en fais pas, Carine Tardieu est une veinarde. A peine avait-elle réalisé quelques courts métrages qu'il lui a directement proposé de passer au long. Ainsi La tête de maman, comme tout premier film n'échappe pas à (quelques) écueils propres aux "débutants" mais ils sont vite oubliés à la vue des bonnes idées qui s'enchaînent et des numéros d'acteurs brillants. On adore Karin Viard en dépressive mortifiée et, quand elle se met enfin à sourire, on est carrément renversé. Kad Mérad confirme qu'il joue juste et bien les situations dramatiques et Chloé Coulloud, révélation du film, épate par sa fraîcheur et sa petite bouille boudeuse. Sans compter que Tardieu mêle habilement dans cette histoire en partie autobiographique, rires et larmes et ponctue même son film de petites séquences magnifiques qui commencent dès le générique et qui se poursuivent avec les apparitions oniriques de Jane Birkin... Une réalisatrice à surveiller.

Zoom Express

Hellphone *

De James Huth. France. 1h38

Hormis le sens du rythme et du gore qui rappelle Serial Lover, son premier film, ce teen-movie à la française signé James Huth accumule les références et les clichés de la cool attitude au point d'être insupportable pour qui n'a pas moins de 18 ans. Au milieu d'une brochette de jeunes acteurs enlevés, le lyonnais Jean-Baptiste Maunier se fait surtout remarquer par sa fadeur extrême. Quant au sujet franchement débile (un portable possédé par le diable), il ne pourra séduire qu'un public pré-pubère accro aux SMS et au fashion style, qui sera certainement incapable de réaliser que Hellphone le met face à son propre vide existentiel et consumériste.

Ne touchez pas à la hache ***

De Jacques Rivette. France. 2h17

Si vous aimez Balzac, les amours impossibles et le cinéma filmé au cordeau où chaque plan évoque une toile de maître alors ne ratez sous aucun prétexte le dernier Jacques Rivette. Adapté de La duchesse de Langeais, ce long et superbe film offre à Guillaume Depardieu et Jeanne Balibar un écrin d'or, de velours et de spiritualité pour exprimer leurs talents de comédiens. Un film aussi exigeant qu'étourdissant.

Les autres sorties

C'est pas moi (de Alain Zaloum) - Alpha Dog (de Nick Cassavetes) - Cendrillon & le prince (pas trop) charmant (de Paul J. Bolger) - Miss Potter (De Chris Noonan) - Un nom pour un autre (de Mira Nair) - La bête dans le cœur (de Cristina Comencini) - Le secret de Terabithia (de Gabor Csupo) - Les enragés (de Detlev Buck) - La grande finale (de Gerardo Olivares) - Norway of life (de Jens Lien) - En la cama (de Matias Bize) - L'avenir est ailleurs (de Antoine Léonard Maestrati) - Le papier ne peut pas envelopper la braise (de Rithy Panh)

Golden Door ***

Une épopée humaniste qui traite de la discrimination et de l'eugénisme avec un vrai sens de la poésie. Second excellent film d'Emanuele Crialese (Respiro) récompensé à la dernière Mostra de Venise.

Angel ***

Si vous avez aimé 8 femmes, ne ratez pas ce mélo brillant et décapant signé par un Ozon au meilleur de sa forme .

Le direktor ***

Lars Von Trier surprend à nouveau avec cette comédie immorale et grinçante sur le monde de l'entreprise et ses petites violences psychologiques.

Les témoins ***

Les années sida par Téchiné : un drame solaire et pudique sur l'amour menacé d'une génération plombée. Magnifique.

Azul ***

Une drôle de comédie dramatique sur la jeunesse espagnole qui croise les destins avec une folie toute latine et un pessimisme réjouissant.

Bug ***

Le meilleur film de William Friedkin depuis L'Exorciste en 1974. Psychose, manipulation, décors angoissants... Bug accumule tout ce qui fait un bon thriller américain.

La Môme ***

Eric Dahan retrace la vie morose d'Edith Piaf dans un film qui entête et inquiète et ensorcelle et offre à Marion Cotillard son plus grand rôle.

Le come back **

Les années 80 sont à la mode : Hollywood ne pouvait pas rater le filon et livre cette comédie plutôt réussie avec Drew Barrymore et Hugh Grant.

Ensemble c'est tout *

Déception : Claude Berri croise les destins et met en scène Tautou et Canet dans une comédie sans relief et trop politiquement correcte.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut