Koré MBA home
© Alain Basset

La koré à l’honneur au musée des Beaux-Arts de Lyon

À l’occasion de l’exposition sur la koré de Lyon, le président du musée de l’Acropole d’Athènes donne une conférence exceptionnelle au musée des Beaux-Arts ce vendredi.

C’est l’un des chefs-d’œuvre du département des antiquités du musée des Beaux-Arts de Lyon. Une sculpture en marbre blanc à grain fin de 63 cm de haut. Ou plutôt un buste, la partie inférieure du corps et le bras gauche étant conservés au musée de l’Acropole, à Athènes, dont elle est originaire. Ces statues de jeunes gens (kouros pour les hommes) étaient dédiées à Athéna, la déesse de la cité d’Athènes.

On l’appelle la koré de Lyon (lire le dossier complet dans le magazine Lyon Capitale de février). En grec ancien, koré signifie “jeune fille”. La koré est le type même de la sculpture grecque archaïque.

Fusion des arts

La koré de Lyon est exceptionnelle car elle a été composée à un moment charnière de l’art grec archaïque”, explique Geneviève Galliano, conservatrice en chef des antiquités au musée des Beaux-Arts. La koré de Lyon, provenant de l’Acropole d’Athènes, est datée de 540 avant J.-C. environ. Or, au VIe siècle, Athènes s’ouvre aux influences d’Asie mineure. Une fusion s’opère entre l’art purement attique et l’art ionien (de la côte de l’Asie mineure et des Cyclades).

De par sa provenance illustre et son exceptionnelle qualité plastique, cette koré fait partie des œuvres majeures du musée des Beaux-Arts, où une salle lui est d’ailleurs réservée.

Expo et conférence exceptionnelle

Des études très approfondies, au cours desquelles les techniques d’examen ont été poussées jusqu’à leurs limites (microscopie numérique 3D, imagerie multispectrale, spectrométrie en fluorescence de rayons X), ont permis de mettre en évidence la présence de traces de peinture, aussi infimes que fragiles, sur le buste lyonnais.

S’il est aujourd’hui difficile d’imaginer qu’il y a quelque 2 600 ans la koré était colorée, les korai étaient peintes car “les couleurs vives réjouissaient les dieux”.

Le professeur Dimitrios Pandermalis, président du musée de l’Acropole d’Athènes, l’expliquera au palais Saint-Pierre ce vendredi. Il vient en effet à Lyon présenter ses recherches sur la polychromie antique, menées au musée de l’Acropole, et donner une conférence (ouverte au public) sur les collections du musée athénien.

Dimitrios Pandermalis / Le musée de l’Acropole d’Athènes : architecture et collections – Vendredi 22 janvier à 18h30, dans l’auditorium du musée des Beaux-Arts. Entrée : 3 euros.
Les couleurs de la koré – Exposition jusqu’au 29 février, au musée des Beaux-Arts de Lyon.
à lire également
© Bongo Comics / Aurélie Neyret (montage LC)
Pour sa 14e édition, le festival lyonnais de bande dessinée a invité ses cousins d’Amérique. Les Franco-Belges les attendent de pied ferme. Ambiance Tintin et les zombies cette semaine dans la capitale des Gaules. Sélection de cases à cocher dans votre agenda.
1 commentaire
  1. Kasneh - 23 janvier 2016

    Un buste à Lyon, un bras gauche et une partie inférieure à Athènes. Cherchez l'erreur ! N'y aurait-il pas moyen (administratif, financier...) de les réunir?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut