LA SELECTION CINEMA DE LYON CAPITALE

L'histoire : Trois jeunes israéliens Noam, Yali et Lulu partagent un appartement dans un quartier branché de Tel-Aviv, "'la bulle''. Dans ce cocon presque déconnecté de la réalité des conflits qui agitent le pays, ils mènent une existence ordinaire bientôt bouleversée par l'arrivée de Sharaf, un Palestinien dont Noam tombe amoureux.

Sans véritable surprise, The Bubble bouscule la vision habituelle de Tel-Aviv, cité anxiogène paralysée par l'imminence du danger et de la mort. La capitale israélienne y est représentée comme une bulle, sorte d'auberge espagnole israélienne où les jeunes branchés vivent, font la fête et s'épanouissent dans leur vie amoureuse. Pour son troisième long métrage, Eytan Fox, cinéaste inclassable dans l'industrie cinématographique israélienne, ressort ses thèmes de prédilection déjà exploités dans Tu marcheras sur l'eau et Yossi & Jagger : l'armée, le conflit israélo-palestinien, l'homosexualité, l'amour, le mariage. Passée une scène d'introduction un peu rude, The Bubble plonge le spectateur au milieu d'une romance entre un Israélien et un Palestinien, loin, très loin des images du conflit qui enflamme le pays. Et même si le film joue sur des stéréotypes et quelques approximations, on a tendance à croire aux personnages, à s'attacher, à vibrer avec eux au rythme de leur histoire.
Mais parce que les attentats, les check-points, et le mur ne sont finalement pas si éloignés, cette bulle dorée soudain explose (au sens propre comme au figuré), comme rattrapée par une inéluctable réalité. Eytan Fox aventure alors sa love story au coeur des tensions et des injustices du conflit israélo-palestinien : attentat suicide dans un bar de Tel-Aviv, bavure des soldats de Tsahal...
Si à aucun instant, on ne doute des bonnes intentions de Eytan Fox, on peut lui reprocher une certaine naïveté, un optimisme débordant qui rêve d'une entente entre les peuples au-delà de leurs différences. Et de ressortir les clichés shakespeariens de l'amour impossible entre deux hommes que tout sépare mais que la mort unit en dernier recours.

LES SORTIES DE LA SEMAINE
Harry Potter et l'Ordre du Phénix, de David Yates, avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint
2 days in Paris, de Julie Delpy, avec Adam Goldberg, Julie Delpy
Le contrat, de Bruce Beresford, avec John Cusack, Morgan Freeman
La vie privée, de Zina Modiano, Mehdi Ben Attia, avec Ouassini Embarek, Darry Cowl
Capitaine Orgazmo, de Trey Parker, avec Trey Parker, Dian Bachar
Hostel - Chapitre II, de Eli Roth, avec Lauren German, Roger Bart
Infidèlement vôtre, de Preston Sturges, avec Rex Harrison, Linda Darnell
Joe Strummer : The Future is unwritten, de Julien Temple, avec Joe Strummer, Bono
Exilé, de Johnnie To, avec Anthony Wong Chau-Sang, Francis Ng Chun-Yu
Délice Paloma, de Nadir Moknèche, avec Biyouna, Nadia Kaci
Bolivia, de Adrian Caetano, avec Freddie Flores, Rosa Sanchez
Le Ciel de Suely, de Karim Aïnouz, avec Hermila Guedes, Maria Menezes
Half Moon, de Bahman Ghobadi, avec Kambiz Arshi, Sadiq Behzadpoor
La Leon, de Santiago Otheguy, avec Jorge Roman, Daniel Valenzuela

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut