Franck Lepage parapente

In(culture) : Franck Lepage et son parapente au TNP

“Je me suis mis au parapente parce que j’ai raté mon ascension sociale.” Ainsi débute le spectacle Inculture(s) 2 de Franck Lepage, second volet d’une saga consacrée à l’éducation, à la “Culture” (avec un grand C), aux inégalités sociales... et au parapente donc, qui sert à Lepage, seul sur scène, de fil conducteur allégorique.

Directeur jusqu’en 2000 de la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture (MJC), ce cinquantenaire ayant fait ses armes à l’université expérimentale de Vincennes est l’un des fondateurs de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé. “Éducation populaire”, le mot est lâché ! C’est son truc, à Franck Lepage : une éducation hors des systèmes institutionnels, qui vise à l’amélioration du système social, cette même éducation qui était dispensée aux enfants comme aux adultes dans les Maisons du peuple. Un enseignant en somme, notre Lepage, mais avec sa propre méthode, originale et spectaculaire : la “conférence gesticulée”.

Avec Lepage, on apprend, on rit, on apprend…

Au cours d’une conférence gesticulée de Franck Lepage, on apprend (beaucoup), on rit aussi (beaucoup), on verse une larme (par moments), on réalise les rouages du système, on réfléchit à l’Art, à la Culture, à l’égalité des chances... De son côté, Lepage parle (beaucoup – une conférence gesticulée peut durer trois heures) et gesticule (un peu quand même). À mi-chemin entre un one-man show humoristique et un cours magistral universitaire délivré par un parapentiste en bermuda, ce spectacle est une expérience originale au cours de laquelle on ne s’ennuie jamais. Et qu’est-ce qu’on apprend !

Joindre l’utile à l’agréable, le politique au comique, l’histoire à la compréhension d’une société qui nous entoure : voilà le défi de Franck Lepage, et force est de constater que cela marche. À l’occasion du colloque “Quelles utopies pour aujourd’hui ?” organisé par le Groupe français d’éducation nouvelle au TNP, Lepage nous fait l’honneur d’une conférence gesticulée sur mesure. Un rendez-vous à ne surtout pas manquer.

Franck Lepage / Inculture(s) 2 – Samedi 17 septembre, au TNP (Villeurbanne).
Précisions sur le site des organisateurs du colloque.
à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut