Gardes du rouge Affiche Mao

Détournement artistique : c’est Mao qu’on assassine !

VENTE – 50 ans après la Révolution culturelle, des artistes lyonnais détournent avec impertinence les affiches de propagande de l’ère maoïste. Au bénéfice d’une association qui combat l’illettrisme.

Les Gardes du Rouge et le couturier Mongi Guibane sont des agitateurs poétiques. Ceux qui le voudront pourront bientôt célébrer – ou enterrer – les 50 ans de la “révolution culturelle” du Grand Timonier. Pour eux et pour les autres, ce sera en tout cas l’occasion de participer à une vente aux enchères caritative.

En chinant au marché aux puces de Shanghai, Mongi Guibane a déniché d’authentiques affiches de la propagande maoïste des années 1966 à 1969. De retour à Lyon, avec Jean-Claude Chuzeville, ils décident de les confier à quelques artistes et personnalités, en vue de pertinents et assassins détournements.

Parmi eux, les “dissidents” Gérard Bourgey, Fred de Bocc, Paul Marandon, Alain Roche, Jean-Philippe Aubanel, Isabelle Trichelieu, Gérard Visser, Albert et Alain Huynh Van Phuong ou les Gasquet. Une exposition des travaux aura lieu à l’ESPE (ex-IUFM) rouvert pour l’occasion.

“Une image vaut 10 000 mots”, écrivait Confucius. Là, elle vaudra selon vos enchères et surenchères concernant ces différents dazibaos non autorisés par Mao. Le tout sous le marteau de Me Bremens, au profit de l’association Coup de Pouce, présidée par Robert Bourvis, qui combat l’illettrisme. Elle soutient des enfants de CP de 6 à 7 ans, repérés par leurs enseignants comme ayant des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. L’association organise des activités ludo-pédagogiques, après la classe, autour d’un animateur chargé de les accompagner et de favoriser l’engagement de leurs parents. On pourra retrouver l’ensemble sur Youtube : Papiers de la révolution culturelle chinoise 1966-1969. Sors ton pognon, camarade, le rouge est mis ! La Chine s’est éveillée...

Mardi 10 mai – Vente aux enchères dès 18h. Vernissage à 20h, à l’ESPE, 5 rue Anselme, Lyon 4e.
Détails sur le site de l’association Coup de pouce.
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
Faire défiler vers le haut