De l’absurde dans le vaudeville…

Perplexe, la pièce du jeune auteur allemand Marius von Mayenburg, joue avec les codes du vaudeville. Mis en scène par Gilles Chavassieux, le résultat est jubilatoire.

L’absurde n’est jamais aussi efficace et jouissif que quand il survient par surprise, dans un contexte des plus ordinaires. Perplexe, la pièce écrite par Marius von Mayenburg en donne une preuve flagrante. Ainsi se trouve-t-on au départ confronté à un jeune couple qui, en rentrant de vacances, trouve son appartement occupé par un autre couple à qui ils avaient confié les clés. Rien de plus banal. N’était qu’ils deviennent des intrus dans leur propre domicile et que, loin de s’en offusquer, ils acceptent cette expropriation sans la moindre protestation. L’ensemble de l’œuvre fonctionne d’ailleurs sur ce principe de séquences, mettant aux prises des couples semblables à ceux du début, qui ne cessent de se retourner, de nous surprendre.

L’humour des dialogues, basé sur une langue contemporaine servie de la plus naturelle des façons, fait passer ce qu’ils ont de férocement tragique. On verra ainsi une mère se voir priver de son enfant ou une domestique immigrée condamnée à mourir de faim sans qu’il y ait aucun mouvement de révolte des victimes ni de prise de conscience des bourreaux.

L’autre ressort de la pièce est de s’emparer des codes du vaudeville pour mieux les détourner. Ainsi l’adultère, qui concerne ici les deux hommes des deux couples, devient-il un moyen supplémentaire de s’amuser, sans que personne s’en offusque, bien au contraire. La perplexité qui donne son titre à cette étrange pièce saisit d’abord le spectateur, avant de céder la place à une franche jubilation. La construction de la pièce est en effet d’une habileté incroyable. Elle nous mène allègrement d’une scène à l’autre et nous surprend à chaque instant, même lorsque l’on en a compris le procédé.

À l’effet de surprise, toujours renouvelé, se joint une réflexion plus profonde sur ce que recèlent potentiellement les situations quotidiennes, pour peu qu’un imaginaire démoniaque comme celui de Mayenburg s’en saisisse. Mais la qualité du texte n’aurait certainement pas cet impact sans le talent des comédiens du collectif Ildi!Eldi qui s’en emparent sous la direction de Gilles Chavassieux. Leur ton est incroyablement juste, dans un espace scénique qui permet les plus délirantes et burlesques échappées.

Perplexe. Jusqu’au 28 mars, à 20h, aux Ateliers, 5 rue du Petit-David, Lyon 2e.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut