Bus C3
© Sytral

Ça s’est passé à Lyon un 9 juillet : un tram Cordeliers-Villeurbanne

De la première séance du conseil général en 1790 à l’inauguration d’une plaque sur la maison d’Édouard Herriot, Lyon Capitale se remémore les événements qui ont marqué les 9 juillet lyonnais au fil des siècles.

1790  : Première séance du conseil général du département. Il élit son président (L. Vitet).

1793 : Arrêté de la Commission populaire, réquisitionnant de la main d’œuvre pour travailler aux fortifications de la ville. La Commission populaire fait également arrêter et enfermer à Pierre-Scize deux députés montagnards de passage par Lyon : Sautayra et Dherbez-Latour. En parallèle, départ d'une force départementale hâtivement mise sur pieds, pour aller rétablir l'ordre à Saint-Etienne. Elle y parvient le 12, et disperse sans coup férir les clubs jacobins.

1810 : Arrêté du ministre de l'Intérieur fixant la liste et le nombre possible des imprimeurs à Lyon.

1866 : L'Impératrice fait don aux Hospices Civils du château de Longchène, pour y établir un asile de convalescents.

1868  : Tournée de représentations de Virginie Déjazet. L'abbé Faivre, aumônier de Sathonay, l'amène à faire sa première communion. Elle est confirmée le 13 octobre.

1881 : Ouverture de la ligne de tramway Cordeliers-Villeurbanne (future ligne 3).

1892 : Loi approuvant le traité entre l'État et une Compagnie d'actionnaires pour la création du canal de Jonage.

1895  : Le Conseil municipal accepte la mise à disposition gratuite, par M. Fisch, du domaine du Serverin, à Parmilieu (Isère), pour y établir une colonie de vacances.

1952 : A Troyes, inauguration d'une plaque commémorative sur la maison natale d'E. Herriot.

Les commentaires de nos lecteurs les plus avertis quant à l'histoire de Lyon sont évidemment les bienvenus. Et pour poursuivre cette redécouverte de la ville à travers les siècles, rendez-vous sur le site des archives municipales.
à lire également
L’historien Bruno Benoit, chez lui, à Lyon, en 2017 © Tim Douet
Historien, gardien de la lyonnitude, Bruno Benoit n’a jamais cessé de porter un regard à la fois bienveillant et critique sur Lyon. Lorsque Gérard Collomb est élu en 2001, il explique son succès en lançant “Lisez Bruno Benoit !” Quel regard porte aujourd’hui l’historien sur le retour de l’ex-ministre de l’Intérieur à Lyon ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut