Vue de Lyon statue Vierge Fourvière
© Tim Douet

8 décembre et Fête des Lumières : ce n’est pas la peste !

Les années se suivent et les explications changent régulièrement sur les origines du 8 décembre. Entre légendes et réalité, quelle est la vérité sur la Fête des lumières ? Une chose est sûre : la peste n’y est pour rien !

Point de peste à l’origine du 8 décembre, ni même de promesse faite à Marie, mais plutôt les boulets de canons tirés sur la colline de Fourvière lors de la Révolution et des révoltes des canuts.

En 1850, le toit de l’église de Fourvière est en piteux état, ébranlé par les vibrations des bombardements. L’Église décide de faire reconstruire le clocher, d’en profiter pour l’agrandir et surtout de placer à son sommet une grande statue de la Vierge, qui doit surplomber la ville. Le sculpteur Fabisch remporte le concours organisé pour cette dernière.

Le 8 décembre a été choisi par défaut

Quand les travaux de rénovation de Fourvière sont lancés, les autorités se posent la question de la date d’inauguration. On cherche logiquement un jour qui correspondrait à une fête dédiée à Marie. Le 15 août est envisagé, mais n’est pas possible car c’est à l’époque la Saint-Napoléon, équivalent de notre 14 juillet. La date suivante dans le calendrier est celle du 8 septembre. Elle correspond à la commémoration du vœu des échevins. En 1643, les autorités de la ville, craignant une épidémie de peste, s’étaient rendues à Fourvière avec une bougie et un écu d’or, promettant de continuer cet hommage à la Vierge chaque année si la ville était épargnée. Ce fut le cas, notamment grâce aux progrès de la médecine. La cérémonie perdure jusqu’à la Révolution, qui marque un coup d’arrêt. Elle est relancée en 1848.

La date du 8 septembre 1852 semble donc parfaite pour inaugurer la statue et le nouveau clocher. Mais des pluies torrentielles en décident autrement : des inondations ravagent la ville, ainsi que l’atelier où est fondue la statue. Celle-ci ne sera pas prête à la date prévue. L’Église se replie sur le 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception de la Vierge (régulièrement fêté en France, mais défini solennellement par le pape Pie IX en 1854). Il sera maintenu jusqu’à nos jours.

La fête aurait
-elle dû avoir lieu le 12 décembre ?
Aurait-on pu avoir une croix géante éclairée au gaz au lieu de la statue de la Vierge en haut de Fourvière ?
La fête était-elle commerciale dès sa première édition ?
Qui finance les affiches “Merci Marie” ?
Pourquoi les animations ne doivent pas dépasser 15 minutes dans les lieux de forte affluence...
Découvrez toutes les réponses dans Lyon Capitale 739, actuellement en kiosques et dans notre boutique en ligne. Dans ce même numéro : l’histoire vraie du 8 décembre en bande dessinée.
1 commentaire
  1. guidoline - 1 décembre 2014

    Effectivement, vos sources sont bonnes. Le diocèse explique la même chose : http://lyon.catholique.fr/?Le-8-decembre-un-peu-d-histoire

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut