Une "Nuit debout" ce samedi à Lyon

La préfecture a finalement autorisé hier le rassemblement citoyen "Nuit debout" à investir la place Guichard (Lyon 3e), ce samedi 9 avril à partir de 18 heures.

La préfecture du Rhône, après plusieurs jours de suspense, "tolère" l’occupation pacifique par le mouvement citoyen Nuit debout de la place Guichard ce samedi 9 avril. Dès 18 heures, après la manifestation contre la réforme du code du travail, les Lyonnais pourront donc se retrouver afin de discuter, échanger et réfléchir ensemble. L’autorisation permet aussi l’occupation des lieux durant les trois nuits suivantes.

L’autorisation a été difficile à obtenir. La préfecture avait en effet interdit la tenue de cette réunion publique, arguant que les organisateurs n'avaient pas respecté le délai des trois jours pour prévenir d'une manifestation. "Utiliser la carte du calendrier pour empêcher le rassemblement était presque un déni de démocratie" a déclaré un coordinateur au Progrès. Nuit debout Lyon avait envisagé hier de saisir le juge des référés. Un accord a finalement été trouvé avec le préfet.

La page Facebook de l’évènement compte déjà 700 participants.

Des premières tentatives contrariées

Des rassemblements avaient déjà été prévus à Lyon le 31 mars ainsi que le 5 avril, sans réel succès et empêchés par les pouvoirs publics.

La première tentative avait eu lieu à la Croix-Rousse le 31 mars et s’était transformée en manifestation sauvage sur les Pentes, faute d’organisation. Une forte présence policière avait ensuite contrecarré le deuxième rassemblement du 5 avril, prévu place Mazagran (3e). Empêchés d’accéder au lieu, environ 300 manifestants s’étaient alors dirigés vers les quais, sous le pont de la Guillotière ou ils avaient débattu en assemblée générale et avaient clôturé le rassemblement, vers 2 heures du matin, par la projection du documentaire de François Ruffin, "Merci Patron !", un des inspirateurs du mouvement.

Près de 60 rassemblements en France

Le mouvement Nuit debout a débuté à Paris le 31 mars dans la foulée d’une manifestation contre le projet de loi El Khomri, sur la réforme du code du travail. Depuis cette date, des manifestants opposés à cette réforme occupent pacifiquement la place de la République. L’essor est considérable et le mouvement gagne la province. Nantes, Rennes, Toulouse, Lyon, ainsi qu'une soixantaine de villes françaises, mais aussi Bruxelles, voient fleurir des regroupements citoyens.

L’idée de Nuit debout ? Créer un grand débat à ciel ouvert en donnant la parole aux citoyens avec un désir de mettre sur pied une société nouvelle. Il s’agit aussi de dénoncer des "réformes de plus en plus rétrogrades", un "déni démocratique" et appeler à construire un "projet politique ambitieux, progressiste et émancipateur", explique dans Le Monde le collectif. Pas de hiérarchie ici, chacun participe en tant que citoyen. Syndicats et partis ne sont pas les bienvenus s’ils brandissent bannières et tentent de récupérer le mouvement.

à lire également
Le 23 novembre 2019, le mouvement #NousToutes prépare un rassemblement national contre les féminicides. #NousToutesLyon organise une réunion pour la préparation de la manifestation de l’antenne lyonnaise. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut