Un passé sulfureux

Petit rappel historique. En décembre 1997, Jean-Yves Moroni, à la tête de l'entreprise de travaux publics Cholton, a été reconnu coupable "d'abus de biens sociaux, trafic d'influence et corruption active" et condamné à neuf mois de prison avec sursis, assortis de 50 000 francs d'amende par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne. Deux fonctionnaires ligériens avaient bénéficié de "voyages d'étude", payés par les entreprises Cholton, Sade et SMTP, en contrepartie d'avantages ou en échange de leur influence afin d'obtenir des décisions favorables pour l'octroi de marchés publics.

Sur la même affaire :

Le Conseil d’État en ligne de mire

Une procédure "contraire à l'esprit de la loi"

"Non, je n'ai pas remporté deux marchés"

Marchés publics : Quand le Sytral joue au « juste prix »

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut