Grand stade Parc OL
©Tim Douet

Un choix politique des écologistes prive Lyon de demi-finales de rugby, explications

En raison du refus de la Ville de Lyon d'accueillir un partenaire automobile, le Groupama Stadium n'a pas décroché les demi-finales du Top 14 2024 et 2025. Explications.

Le Groupama Stadium de l'OL, à Décines, était candidat à l'organisation des demi-finales du Top 14, le championnat de France de rugby, en 2024 et 2025. Mais Lyon n'a pas remporté le gros lot. D'autres villes ont été retenues.

Lyon avait pourtant un très bon dossier. D'après Le Progrès, Lyon n'a pas remporter la mise car la Ville de Lyon a refusé d'accueillir un partenaire automobile. En effet, en parallèle des deux matchs, la Ligue nationale du rugby organise un village du rugby dans un haut lieu de la cité choisie. A Lyon, la Place Bellecour avait été retenue. La Ville de Lyon a refusé d'accueillir un partenaire automobile sur la Place Bellecour "même quand il lui a été expliqué que les véhicules exposés seraient électriques", explique le quotidien régional, ce qui a fait torpiller le dossier lyonnais.

D'après nos informations, il s'agissait d'un véhicule de la marque Land Rover.

L'information n'a pas tardé à faire réagir. "Un exemple de plus des ravages de l’idéologie de Grégory Doucet et de ses amis EELV et insoumis, qui, par leurs petits buzz ridicules ne sont pas à la hauteur du mandat qui leur a été confié. Les Lyonnais et le sport méritent bien mieux", raille notamment le maire LR d'Ecully, Sébastien Michel.

Pierre Oliver, maire LR du 2e arrondissement de Lyon, dénonce de son côté "l’idéologie au détriment du rayonnement, de l’attractivité, du développement et des emplois qui vont avec".

Edit 10h : La ville de Lyon a réagi par la voix de la première adjointe, Audrey Hénocque. "La Ville de Lyon regrette ce choix, qui est de la responsabilité de la LNR. La Ligue savait pertinemment que des véhicules publicitaires type SUV, ne peuvent pas être autorisées sur la place Bellecour, classée à l'UNESCO. Cet argument ne peut à lui seul justifier son choix", explique Audrey Hénocque.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut