Tank Ukraine orientale
Séparatistes pro-Russes dans la région de Lougansk

Ukraine orientale : le Disneyland de Poutine

Crash du MH17, invitation de Poutine au G20, exactions et “dommages collatéraux” sur le terrain, récentes élections législatives... Mykola Cuzin, président du comité Ukraine 33 et du Comité pour la défense de la démocratie en Ukraine, fait le point sur la situation en Ukraine dans cette nouvelle tribune adressée à Lyon Capitale.

Alors que les services secrets allemands viennent (enfin !) de mettre en lumière la responsabilité directe des terroristes de la région de Donetsk dans l’explosion du vol MH17 des Malaysia Airlines le 17 juillet dernier (1), le moins que l’on puisse dire c’est que les affaires vont bon train à Moscou en ce moment.

Il y a quelques jours, une nouvelle est passée quasiment inaperçue dans le flot continu des informations : le Premier ministre australien a confirmé que Vladimir Poutine était “bien évidement invité” et qu’il participerait au 9e sommet du G20 à Brisbane, les 15 et 16 novembre prochains. Il n’aura échappé à personne que, parmi les victimes du vol MH17, figuraient 27 ressortissants australiens…

Ce début de semaine, c’est la mort tragique du PDG de Total, Christophe de Margerie, sur le tarmac de l’aéroport moscovite de Vnoukovo qui nous a rappelé combien pouvait être ténue la marge de manœuvre de l’État français dans un contexte international où – est-il utile de le rappeler ? – des sanctions économiques sans précédent ont été prises par les Occidentaux contre les intérêts économiques russes en raison de l’implication croissante du Kremlin dans les graves troubles survenus en Ukraine orientale ces derniers mois (2). La nature a sans doute horreur du vide (économique), mais faut-il pour autant occulter aussi rapidement le facteur humain ?

Sur le front, en Ukraine orientale, rien n’a changé depuis l’offensive menée par les terroristes fin août, aidés par plusieurs milliers de soldats russes. Le cessez-le-feu négocié à Minsk le 5 septembre n’aura pas tenu plus de quelques heures, tant les responsables des républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk avaient à cœur de démontrer qu’ils ne respectaient rien ni personne. Ils ont depuis lors continué à faire ce que font les terroristes : pillages des richesses économiques (commerces, banques, mines…), extorsions de fonds et kidnappings crapuleux, actes de torture, utilisation de boucliers humains, viols, mutilations de prisonniers, exécutions sommaires, persécutions contre les chrétiens ne reconnaissant pas le patriarcat de Moscou…

Entre Louhansk et Donetsk, en plus des éléments restants de l’armée russe, une douzaine de factions se disputent le pouvoir et les richesses : pêle-mêle, plusieurs bataillons de “pseudo-cosaques” venus de Russie, des “volontaires” tchétchènes, ingouches ou serbes, des repris de justice… L’anarchie le dispute à l’arbitraire. Certains groupes terroristes se battent même entre eux pour imposer leur “loi” aux autres.

Les dommages “collatéraux” sur les habitations et les résidents se multiplient. Malgré les nombreux “convois humanitaires” envoyés par Moscou (sans aucun contrôle extérieur), les conditions matérielles des locaux empirent chaque jour qui passe. Il faut dire que ces convois ont surtout acheminé des armes et des munitions en grandes quantités, que les différentes factions se livrent à un trafic honteux avec les denrées alimentaires censées subvenir aux personnes nécessiteuses et que, dans bien des cas, les camions et les wagons sont repartis d’Ukraine chargés de matériel pillé sur place ou de matières premières volées, comme le charbon…

La mauvaise saison arrivant, les gens sont de plus en plus nombreux à montrer leur mécontentement face aux promesses non tenues, aux salaires et pensions jamais versés, aux exactions commises contre les civils. Plusieurs manifestations ont été réprimées dans le sang. À Louhansk, des milices sont mêmes en train de se constituer pour tenter de protéger les habitants contre les éléments incontrôlés de la LNR, qui se rendent fréquemment coupables de violences gratuites.

Près de Louhansk, les forces gouvernementales ont libéré ces derniers jours la bourgade de Novoajdarsk. Le constat était terrible : maladies, malnutrition… Qu’adviendra-t-il de ces dizaines de milliers de personnes encore soumises au bon vouloir des soudards de la DNR et de la LNR, en plein cœur de l’hiver, alors que Moscou accentue encore et encore son chantage énergétique sur l’Ukraine ?

Outre un laboratoire “social” digne des heures les plus sombres du Goulag, l’Ukraine orientale semble être devenue un immense terrain de jeu militaire pour Poutine : les mois d’intimidations à la frontière puis l’invasion massive du Donbass fin août ont permis aux unités russes de réaliser grandeur nature et à balles réelles des exercices de déploiement qu’elles n’auraient jamais pu mener à bien dans un laps de temps aussi court en temps de paix. Les dénégations de plus en plus risibles du maître du Kremlin n’arrivent plus à dissimuler un bilan éloquent (3) : depuis le début de leur entrée officieuse en Ukraine dans le courant de l’été, les militaires russes ont déploré la perte de près de 4 500 soldats. Ils appartenaient à une trentaine d’unités différentes identifiées provenant aussi bien de Pskov, Novossibirsk, Mourmansk, Tcheliabinsk, Moscou que de la Tchétchénie, de l’Ossétie ou de la péninsule de Kola, et représentaient toutes les armes (génie, renseignement, blindés, artillerie, snipers…), ce qui est le signe indubitable d’un engagement à très grande échelle de la Russie. De plus en plus de mères russes rapportent auprès du très respecté Comité des mères de soldats la disparition de leurs fils ou la réception à la sauvette de cercueils plombés (4)…

Tout l’assortiment des armes modernes détenues par la Russie a largement été testé en Ukraine. Les armes à sous-munitions, interdites par la convention d’Oslo de 2008 ont également été employées, notamment dans la région de Donetsk. Les terroristes ont dans un premier temps essayé d’en imputer la responsabilité aux soldats ukrainiens, mais les numéros de série et les codes des fabricants retrouvés sur des munitions non explosées, analysées par les enquêteurs de l’OSCE, ont clairement désigné la Russie. Cette dernière, en contradiction avec les accords de Minsk, a d’ailleurs refusé de laisser les observateurs de l’OSCE surveiller la frontière russo-ukrainienne. Malgré les renforts récents d’observateurs, l’OSCE est encore loin de pouvoir mener à bien sa mission correctement, puisqu’elle ne couvre pour l’instant qu’environ 1 % du territoire contrôlé par les terroristes. Les drones qu’elle prévoit de lancer très bientôt changeront peut-être la donne.

En attendant, les élections législatives qui se sont tenues ce dimanche dans la majeure partie de l’Ukraine (6) ont constitué un test politique plutôt pour le pouvoir en place et surtout un challenge sécuritaire immense pour toute la population. Des cellules de renseignement et de terroristes envoyées par Moscou ont été démantelées en grand nombre ces derniers jours. On a dénombré “quelques” provocations et des intimidations de comités électoraux. La routine… Mais, à voir l’émotion qui a saisi – et c’est compréhensible – le monde entier lors de l’attaque terroriste menée dans l’enceinte du Parlement d’Ottawa, on peut légitimement se demander si l’Onu et l’UE vont enfin en finir avec leur politique de déni et accepter de voir la réalité en face, à savoir que Vladimir Poutine mène actuellement une politique terroriste d’État en Ukraine orientale et appelle de ce fait une réaction autrement plus conséquente que les vagues sanctions économiques adoptées jusqu’ici.

L’écrivain russe Mikhaïl Chichkine (7), basé à Zurich, titrait fort justement son dernier article dans Le Temps du 15 octobre 2014 : “Nous sommes dans une Europe d’avant-guerre et nous ne le savons pas”. Pour lui, l’Europe fonce actuellement droit dans le mur avec sa diplomatie totalement inadaptée et frileuse. Les Ukrainiens sont pour l’heure le premier et le seul rempart érigé contre les ambitions meurtrières du fils spirituel de Staline. Les seuls à payer le prix du sang et des larmes (8). Pour combien de temps encore ?

1. Cet attentat avait causé la mort de 298 personnes. Dès le lendemain de ce drame, les chancelleries du monde entier disposaient d’éléments probants mettant en cause la Russie, notamment pour son soutien logistique apporté aux groupes terroristes opérant dans le Donbass. Il est à noter que le rapport rendu public a clairement fait l’objet d’“arrangements” afin de ne pas mettre en cause directement les autorités russes. Ainsi, le rapport final ne mentionne pas le fait (pourtant précisément documenté) que la plateforme de lancement incriminée a franchi la frontière ukrainienne en direction de la Russie quelques heures seulement après le crash et que cette plateforme appartenait à la 53e brigade de missiles antiaériens stationnée dans le district russe de Koursk.
2. Christophe de Margerie venait d’assister, le 20 octobre à Moscou, en compagnie du Premier ministre russe Dimitri Medvedev, à une réunion sur les investissements étrangers en Russie. Le groupe Total possède une participation à hauteur de 18 % dans le second groupe gazier russe, Novatek, dans lequel un certain Gennady Timtchenko, proche de Vladimir Poutine, détient également des participations. Guennadi Timtchenko (titulaire depuis le 4 juillet 2013 du grade de chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur française) a fait partie du premier contingent d’oligarques russes mis à l’index par les États-Unis suite à l’annexion de la Crimée en mars dernier. Ces derniers mois, Christophe de Margerie avait affirmé à plusieurs reprises que l’avenir de Total se trouvait en Russie et Vladimir Poutine, s’exprimant au sujet de sa disparition, a parlé de la perte d’un “véritable ami de la Russie”.
3. Outre la capture de soldats sur le sol ukrainien et les images satellites, la présence de soldats russes en Ukraine a été attestée par des journalistes du Telegraph, du Guardian et des agences Reuters et Associated Press. Les carcasses de blindés T72-BM (utilisés exclusivement dans l’armée russe) retrouvées en plusieurs exemplaires dans le Donbass sont également éloquentes.
4. Le scénario est toujours le même : du jour au lendemain, un conscrit quitte sa caserne avec son détachement sans connaître sa destination, ou un volontaire civil est attiré en Ukraine au nom du “combat pour la préservation de la sainte Russie, la protection des russophones et contre les nazis”. Un parallèle saisissant avec le modus operandi du recrutement des jeunes djihadistes par l’EIL. À noter que le Comité des mères de soldats de Saint-Pétersbourg a été déclaré “agent de l’étranger” fin août, simplement pour avoir dit la vérité, et l’une de ses militantes, Elena Bogatenkova, a été brièvement incarcérée et se trouve désormais assignée à résidence.
5. Vladimir Poutine se donne pourtant beaucoup de mal en ce moment en dehors de l’Ukraine : ses avions de chasse ont multiplié depuis quelques semaines les incursions illicites dans les espaces aériens de pays baltes, de la Suède, de la Finlande ; la chasse au sous-marin fantôme en mer Baltique réveille de vieux souvenirs ; des menaces pèsent à nouveau sur les approvisionnements en gaz de l’Europe à l’approche de l’hiver (tout ceci dans le but de frapper l’économie ukrainienne qui reçoit actuellement du gaz russe en flux inversé depuis la Slovaquie)…
6. On estime que près de 4,6 millions d’Ukrainiens n’ont pas pu voter en raison de l’occupation d’une partie du Donbass et de la Crimée, soit 27 circonscriptions sur 225.
7. Quelques extraits chocs de cet article :“Les journalistes (russes) sont devenus des troupes spéciales essentielles pour le pouvoir, peut-être plus importantes encore que les missiles stratégiques. La Nation hypnotisée a intégré dans son cerveau déjà atteint la vision du monde requise…”“Le calcul de Poutine est juste : nous avons plus de chance de voir une population occidentale effrayée (…) élire d’autres gouvernements et troquer des ennemis de Poutine contre des politiciens plus accommodants, que les Russes sortir dans la rue pour protester contre le délabrement du pays…”
8. À ce jour, le bilan est d’environ 3 500 morts (civils et militaires ukrainiens), 660 000 déplacés et des milliers de blessés. Les dégâts sur l’économie et les infrastructures se chiffrent à plusieurs milliards d’euros.
à lire également
Mémorial aux victimes du vol MH17 à Petropavlivka, dans la région de Donetsk – 2e anniversaire de la tragédie, juillet 2016 © Aleksey Filippov / AFP
Alors que les regards sont braqués sur la Russie pour la Coupe du monde de foot, le président du comité Ukraine 33 et du Comité pour la défense de la démocratie en Ukraine rappelle ici la responsabilité de Poutine dans l’attaque du Boeing 777 des Malaysia Airlines au-dessus de l’Ukraine en juillet 2014 (298 victimes).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut