Trop de vent : la pose du pont Raymond-Barre encore repoussée

Pour la troisième fois, l'opération de mise en place du pont Raymond-Barre a du être reportée suite à la décision d'un ingénieur de la société chargée du transport de l'ouvrage. Le PDG de l'entreprise est convoqué mardi matin par les responsables de la construction du pont.

Quand ça veut pas, ça veut pas ! Le transport et la pose du pont Raymond-Barre, qui devaient débuter ce lundi, viennent d’être annulés et repoussés “sine die”. Une information confirmée par le Sytral, qui n’avance plus de nouvelle date. C’est la troisième fois que l’événement autour de l’installation du tablier de l’édifice est reporté à la dernière minute.

Le 27 juillet, c’est une pièce défaillante qui avait obligé au report de l’installation. Une fois la réparation effectuée, la structure devait alors commencer à remonter le Rhône le 1er septembre. Mais le niveau d’eau insuffisant du fleuve avait alors obligé à remettre le transport de l’édifice de 150 m de long et 2 500 tonnes à ce lundi. En début de journée, le pont était sur la barge, le niveau d’eau suffisant, mais c’est visiblement le vent qui a posé problème. Suffisamment en tout cas pour que l’ingénieur de la société Sarrens chargée de l’acheminement de la structure, du port Édouard-Herriot jusqu’à son emplacement définitif à la Confluence, décide d’annuler le transport. "La stabilité de la barge qui porte le pont n'est pas suffisante pour réaliser l'opération en toute sécurité", précise un communiqué du syndicat de transports.

Le PDG de l'entreprise chargée du transport, convoqué

“Tous les voyants étaient au vert, y compris ceux de la direction de Sarrens, mais l’ingénieur sur place a pris la décision de ne pas entreprendre le déplacement, au vu du vent qui s’est levé dès le milieu de matinée. Cela fait partie de ses prérogatives”, précise une personnalité partie prenante de l’événement, qui confie que cette décision “n’a pas fait l’unanimité”. La décision de débuter ou pas le transport aurait en effet partagé les professionnels sur place et les réunions continuent de s’enchaîner sur le port Édouard-Herriot. “Il est de toute façon trop tard pour envisager un transport ce jour”, précise une autre source qui suit le chantier du pont depuis le début.

Et ce retard n'est visiblement pas du goût des responsables de la réalisation de l'ouvrage, les sociétés Matiere et Bouygues qui ont convoqué pour mardi matin à la première heure, le PDG de l'entreprise Sarrens.

Invités pour la seconde fois à se déplacer pour assister à la mise en place de l’édifice, les Lyonnais curieux sont donc repartis sans avoir vu le moindre hauban se profiler à l’horizon. Un responsable d’une entreprise qui participe à la mise en place du pont s’interroge d’ailleurs sur l’opportunité de créer une telle effervescence médiatique autour d’une “opération soumise à de nombreux impondérables et facteurs extérieurs”  : “Il y a beaucoup de choses que nous ne maîtrisons pas, poursuit-il. Et lorsqu’on parle de structures aussi importantes, personne n’est chaud pour prendre le moindre risque.”

D’après Météo France, le vent devrait souffler mardi d’une manière comparable à aujourd’hui. Ce n’est sans doute donc pas encore demain que l’on verra Raymond-Barre enjamber le Rhône.

à lire également
La présidente du Sytral Fouziya Bouzerda vient de dévoiler une étude sur la gratuité des TCL. Les conclusions sont sans équivoque sur les possibles effets négatifs d'une telle mesure et l'absence d'impact fort sur la diminution des voitures dans Lyon. Ce document ne devrait pas manquer d'alimenter les futurs débats.
1 commentaire
  1. lyonnais - 2 septembre 2013

    Ce pont ne sera jamais poser là ou il est/était prévu !

  2. objecteurdecroissance - 2 septembre 2013

    Quelle belle idée de glorifier un homme qui a validé les avions renifleurs ! Heureusement les lyonnais sont des veaux...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut