Toni Musulin devant la justice

Le tribunal correctionnel de Lyon s’apprête à juger ce mardi 11 mai l’auteur du casse du siècle pour vol et tentative d'escroquerie. Il s'agit du désormais célèbre Toni Musulin, l’homme qui a dérobé 11,6 millions d’euros sans sortir une arme. Début de l’audience à 9h30.

Après plusieurs rebondissements et la menace, pas plus tard que lundi, de repousser l’audience à cause d’un pourvoi en cassation pour un problème de procédure, le procès du braqueur villeurbannais s’ouvre enfin. Toni Musulin est poursuivi pour un vol simple et une tentative d’escroquerie.

Le procès du "casse du siècle"

Rappel des faits. Toni Musulin, 39 ans, employé à la société de convoyeurs de fonds Loomis, résidant à Villeurbanne, décrit comme un homme sans histoire au casier judiciaire vierge, réussit un coup d’éclat magistral.Le 5 novembre dernier, à 9h45, il détourne son propre fourgon blindé qui contient pas moins de 11,6 millions d’euros en petites coupures. Sans paniquer, il prend la fuite avec l’argent. Les deux collègues qui sont avec lui ne le voient pas partir. Le fourgon est retrouvé vide et à l’abandon vers midi.

Passé la surprise, les enquêteurs se mettent activement à la recherche de l’argent et du voleur disparu. La police retrouve sa trace et découvre deux jours après 9,105 millions d’euros dans un box loué par Toni Musulin sous un faux nom, situé route de Vienne (8e arr.). Après 10 jours de cavale en Italie, ce dernier se rend le 16 novembre à la police de Monaco qui le livre aux autorités françaises.

Il est ensuite transféré en détention à la prison de Corbas et mis en examen le 18 novembre. Après quatre mois de détention provisoire, le juge d’instruction refuse sa remise en liberté et demande un renvoi devant le tribunal correctionnel, prolongeant la détention jusqu’au procès.

Deux chefs d’accusation : vol et tentative d’escroquerie

Ce procès devrait donc fixer l’ex-convoyeur sur son sort et permettre peut-être de remettre la main sur les 2, 5 millions d’euros manquants au butin. Où sont-ils passés ? Mystère que l’enquête n’a pu résoudre. Jusqu'à présent, Toni Musulin se dédouanait en livrant aux enquêteurs deux hypothèses : ou bien l'argent a été volé une fois le fourgon abandonné, ou bien dans le garage où les autres billets ont été découverts. Aurait-il menti ? A-t-il caché le reste du butin ?

Entouré de ses deux avocats, Me Banbanaste et Me Cottet-Bretonnier, l’ex-convoyeur de fonds devra donc s’expliquer à la barre sur ce vol colossal et une présomption de tentative d’escroquerie à l’assurance de sa Ferrari F430, faits qu'il récuse. La police pense qu'il aurait déclaré ce véhicule volé en mai 2009, alors qu'il en était encore en possession. Il encourt respectivement pour ces motifs des peines de trois ans et cinq ans de prison.

Le jugement est attendu avant mercredi soir.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut