Thierry Frémaux
Thierry Frémaux. Crédit photo Tim Douet

Thierry Frémaux à nouveau accusé de management brutal

Des témoignages recueillis par Mediapart appuient les comportements abusifs de Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière à Lyon, délégué général du festival de Cannes et président de l'association Frères Lumière.

Le dirigeant du Festival de Cannes et de l’Institut Lumière à Lyon, Thierry Frémaux, fait face à de nouvelles accusations de management brutal, selon Mediapart. Déjà accusé par des collaborateurs, de nouveaux témoignages renforcent les critiques contre ses pratiques managériales. Un syndicaliste évoque même "des pratiques managériales d’un autre temps." Frémaux, pour sa part, réfute l’existence de toute "culture anxiogène."

Des comportements colériques

Thierry Frémaux, figure centrale du cinéma mondial et directeur de deux prestigieux événements cinématographiques, est accusé depuis octobre 2023 de comportements abusifs par plusieurs anciens collaborateurs. Ces témoignages, relayés par Mediapart, décrivent un management rugueux, marqué par des scènes d'humiliation et des comportements colériques. Malgré ces révélations, Frémaux, qualifié de "monarque" par certains de ses collaborateurs, continue de nier ces allégations, affirmant maintenir une bonne cohésion sociale au sein de ses équipes

Depuis les premières accusations, une trentaine d'anciens et actuels salariés du Festival de Cannes et de l'Institut Lumière ont partagé leurs expériences avec Mediapart, dépeignant un environnement de travail marqué par la peur et la souffrance. Tony Serrano, syndicaliste à Lyon, confirme avoir été contacté par plusieurs employés en état de détresse, souhaitant quitter rapidement la structure. Frémaux, défendu par ses proches, rejette ces accusations, qualifiant son management de nécessaire pour les exigences élevées des événements qu’il dirige.

Un climat de travail jugé toxique

Malgré les démentis de Frémaux et de ses collaborateurs proches, les témoignages sur son comportement continuent d'affluer. Des employés évoquent des crises de panique et des épisodes d'épuisement professionnel liés à ses méthodes de gestion. Frémaux, tout en rejetant ces allégations, se défend en soulignant l'absence de signalements formels par les instances de travail. Cependant, l'accumulation de témoignages anonymes, mais prêts à être confirmés devant la justice, brosse le portrait d'un manager controversé, accusé de maintenir un climat de travail toxique.

à lire également

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut