Têtedoie, Péquet et les Miss Lyon avec des enfants malades

Lundi 14 avril, des enfants âgés de 5 à 8 ans atteints d’un cancer ont cuisiné un déjeuner gastronomique, accompagnés de grands chefs dont le lyonnais Christian Têtedoie et Jean-Claude Péquet.

À l’intérieur de l’Atelier des Chefs, on se frotte les mains, on se lèche les babines, on salive, on rit et surtout on cuisine. Au menu, « Volailles à la crème et crêpes vonnassiennes, » « Croustades mimosa & petits pois, » « Tartelettes au chocolat au lait et M&M’s, » de quoi donner l’eau à la bouche. Mais les enfants, s’ils restent concentrés, s’autorisent le privilège de goûter à toutes les étapes de la préparation, et l’éclat de rire n’est jamais loin. Pourtant, ils sont tous atteints d’un cancer malgré leur jeune âge. Atteints de leucémies, de tumeurs ou de lymphomes, guérir et garder espoir est leur combat au quotidien. Certains, à cause de leur traitement, extrêmement contraignant, ont été déscolarisés.

Cuisine et partage : la recette du bonheur

Alors, « ça change de l’hôpital ou de la maison, » s’enthousiasme Raphaël, 11 ans. « Ici, c’est comme à l’école on apprend des choses, » poursuit-il. En effet, les chefs, de bon cœur, n’hésitent pas à livrer leurs secrets de cuisine. « Avant de laver les morilles, il faut les couper en deux et regarder qu’il n’y ait pas de petit caillou à l’intérieur,  » conseille, par exemple, le grand chef Jean-Claude Péquet au petit Martin, 7 ans. Car, « la cuisine, c’est avant tout un métier de partage, » confirme Christian Têtedoie, parrain de l’association Donner la main, don de soi. Même Marc Boissieux, le gagnant de MasterChef 4 était présent, avec Jérémy Rit, le chef de l’Atelier des Chefs.

À l’heure où le ventre crie famine, les enfants se font servir par les grands chefs étoilés, sous le regard bienveillant des Miss Pays du Lyonnais. L’ambiance est à la convivialité, comme à la cantine de l’école, mais avec l’excellence d’un restaurant. Dès la première bouchée, les papilles sont tout émoustillées, les yeux pétillent, le repas est réussi. Toutefois, ce ne sera pas le dernier. L’association compte bien étendre l’atelier de cuisine à l’international. La prochaine étape culinaire se fera au Togo avant l’année prochaine, selon Jean-Marc Roffat pour continuer de « donner de l’espoir et réunir des fonds. »

Un message pour la recherche

Baptisé OMLEMA, le projet de l’atelier de cuisine est né de l’amour d’une mère qui a perdu sa fille atteinte d’un cancer orphelin rare, en juillet 2012. Marina avait 7 ans quand la tumeur cérébrale a eu raison d’elle. Mais la petite fille avait un rêve : devenir une Mère lyonnaise comme Eugénie Brazier, avec ses deux copines. Leur restaurant s’appellerait OMLEMA, un nom composé des deux premières lettres de chacun de leurs prénoms : Ombéline, Léa et Marina.

L’atelier OMLEMA, a donc été initié par Jean-Marc Roffat et Stéphanie Ville, mère de la petite Marina et présidente de l’association Aidons Marina. Son but : honorer le rêve de la petite fille et surtout créer des équipes de recherches spécifiques aux cancers infantiles. Car, « les traitements existants pour les cancers ne sont pas adaptés aux enfants qui n’ont pas la même résistance physique que les adultes, » dénonce Stéphanie Ville. L’atelier est donc bien l’occasion de lancer un appel aux dons, dans l’espoir de guérir les enfants qui sont encore en vie.

Envoyez votre don à l’adresse :
Aidons Marina
42, chemin de la Beffe
69570 Dardilly
Pour plus d’informations :
http://www.donner-la-main.org
http://www.aidonsmarina.com
à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut