Témoignages de médecins : "Ça vous bouffe"

On enchaîne les gardes... Et parfois, quand tombe un patient compliqué, on voit bien qu'on n'arrive pas à lui consacrer l'attention qu'il faudrait, à prendre les décisions... Ça vous bouffe. Et dès que vous avez des soucis en plus... Il n'y a plus de réserves quand vous avez besoin d'être là pour vos proches."

Jacques Eymin, Grenoble, 54 ans

"Je m'étais dit : je fais le max jusqu'à 40 ans, après ce sera plus cool, j'aurai ma clientèle... En fait, c'est l'inverse. Car il y a moins de médecins. Dans notre département, la Manche, on sait que d'ici 5 ans il y aura 100 médecins en moins... sur 300"
Patrick Jamin, Manche, 50 ans

"On est très souvent proche de la rupture. Il y a des jours où j'en ai jusque là, je n'ai pas envie d'aller bosser... On nous met tout sur le dos ! La Sécu dit tout le temps : "allez voir votre médecin". A Lyon, ils viennent de nous rajouter le dépistage du cancer colorectal. Quand vous avez déjà réglé trois ou quatre problèmes pour 22 euros, le patient sort l'enveloppe... On est payé à l'acte. On est obligé d'avoir une certaine rentabilité pour payer le cabinet."
Nicole Bez, présidente de la section généraliste de l'union professionnelle de Lyon, 55 ans

"Avant, en 20 minutes, on réglait un ou deux problèmes. Maintenant, les patients viennent avec une liste... On finit par se fâcher avec eux. Depuis deux-trois ans, il y a un manque de considération. (...) Un syndic m'a appelé pour me demander de prescrire à une vieille dame de se lever plus tard le matin, parce qu'elle réveille la femme enceinte du dessous... Evidemment, j'envoie paître ! Mais ça me met en rogne pour la journée (...) Quand les gens se plaignent à la Sécu parce qu'ils sont mal remboursés, on leur dit d'aller voir leur médecin, pour qu'il fasse des antidatés ! Evidemment, je refuse. Et on s'engueule avec les patients..."
Jacques Malaval, Cantal, 56 ans

"Je me vois bien bosser dur, mais pas autant que la génération précédente. Et pas seul. J'ai un oncle médecin qui est usé par la vie"
Rémi Chamberod, interne, 24 ans

Lire aussi :

Les médecins au bout du rouleau

Le diagnostic sans concession du patron des médecins

Deux fois plus de suicides chez les médecins

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut