TCL : Villeurbanne lésée par Rivalta ?

Elus à Villeurbanne, Richard Llung et Béatrice Vessiller estiment que leur ville souffre d'un manque d'investissements en transports collectifs. C'est ce qu'ils ont fait valoir ce jeudi en conseil syndical du Sytral, l'autorité organisatrice des TCL.

"Les petites choses plaisent aux petits esprits". Bernard Rivalta a ainsi balayé ce jeudi d'un revers de main les différentes affaires dans lesquelles son nom est cité. Les petites choses, ce sont tout de même les 116 000 euros de subvention que la justice lui somme de rembourser et les règles hasardeuses de fonctionnement des marchés publics du Sytral... Ces sujets évacués, le comité du Sytral a pu se recentrer sur son ordre du jour. Et comme à chaque fois, celui-ci a constitué un moment savoureux d'échanges d'amabilités, d'ironies grinçantes et de témoignages de haines tenaces entre les participants. Même si au final, une nette majorité des membres soutient Bernard Rivalta et ses projets. La ligne de fracture semble plus se situer quelque part entre Lyon et Villeurbanne.

"Pas de leçon à recevoir de vous"

C'est d"abord l'opposante numéro un de Rivalta, Béatrice Vessiller (Les Verts) qui s'est exprimée, émettant des réserves sur le compte administratif du Sytral. "Je n'ai pas de leçon à recevoir de vous", a-t-il asséné, soulignant que nombre d'organismes souhaiteraient présenter les mêmes comptes "à la dérive" que le Sytral - clin d'oeil à notre dossier "Sytral, un système à la dérive" (Lyon Capitale n°687 de mars 2010). Rivalta s'en est pris à l'agence locale de l'énergie que Vessiller préside. "Il avait déjà envoyé son ami, Christian Coulon, maire du 8e arrondissement, pour foutre le bordel à propos des subventions accordées par le Grand Lyon à l'agence", nous confie ce vendredi l'élue villeurbannaise.

Villeurbanne flouée ?

Le prolongement de T2 vers Eurexpo a été un des points majeurs de crispation, prévu pour fin 2012. Le tracé retenu passe par le centre de Bron, le lycée Jean-Paul Sartre avant de rejoindre le parc d'exposants. "Celui-ci n'est pas inscrit au PDU", a fait valoir la Verte. Celle-ci a fait remarquer que 11 000 passagers/jour sont attendus les jours de salons, contre 55 000 voyageurs/jour sur la ligne A7 (Doua/Gratte-Ciel/Gerland) qui est sans cesse repoussée.

Jean-Louis Ubaud (PS) a suggéré que la desserte Confluence-Debourg (prévue pour 2014) en constituait les prémisses. "S'il faut commencer par un bout, celui-ci aurait pu se situer à Villeurbanne", a relevé Richard Llung (PS) qui n'est pas bien dans les petits papiers de Rivalta. Dans la ville de feu Charles Hernu, on regrette que les priorités soient sans cesse lyonnaises. Llung a par ailleurs souligné que les investissements réalisés sur les quatre lignes de tram mobilisent de forts moyens au détriment de lignes fortes inscrites au Plan de déplacement urbain (PDU), par exemple A7 et A8 (Vaulx-en-Velin/Vénissieux), ou le passage de la ligne C3 en tram, comme c'était prévu au départ.

"Nous gagnerions à engager sans trop tarder une réflexion sur la révision du PDU, sur la stratégie d'agglomération pour le transport urbain", a-t-il proposé. Une opération nécessaire selon lui, pour mettre ce document en conformité avec la plan Climat, élaboré au Grand Lyon.

Le Grand Stade en débat

Béatrice Vessiller regrette les problèmes de circulation de la ligne C3 (St-Paul/Vaulx-en-Velin), causés notamment par des stationnements en double file. Elle souhaite que des couloirs de bus soient au plus vite sanctuarisés. Le président lui a répondu que c'est à sa ville de mettre "un peu de peinture" sur la chaussée mais que celle-ci ne le souhaite pas.

Reste enfin le débat qui traverse toutes les assemblées politiques de l'agglomération : le grand stade. Béatrice Vessiller a réitéré l'opposition de son groupe au projet, mais Rivalta lui a rétorqué que ce n'était pas "le lieu" pour en débattre. L'élue écologiste a cependant rappelé que "le projet OL Land exige de 300 à 400 millions d'euros d'argent public dont environ 100 millions au Sytral". Elle a cependant voté la délibération pour permettre la concertation.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut