L'aéroport Lyon Saint-Exupéry extension T1

St-Exupéry : les riverains ne veulent pas de la privatisation

Une association représentant des riverains de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry refuse la privatisation de l'aéroport de Lyon, redoutant une augmentation significative du trafic.

La privatisation de l'aéroport de Lyon ? Non merci. C'est ce que répond l'association contre l'extension et les nuisances de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry (ACENAS). En effet, la semaine dernière, l'Assemblée nationale a autorisé l'ouverture du capital de la société gérant l'aéroport, rendant possible sa privatisation. "Il est frappant de constater que les conséquences pour les riverains ne sont jamais envisagées, ni même évoquées par les ministres, les grands élus nationaux et régionaux et encore moins par la chambre de commerce et d’industrie de Lyon qui vient d’initier une pétition pour l’augmentation du trafic", se désole l'association pour qui la privatisation de Saint-Exupéry serait susceptible "d’aggraver une situation déjà très difficile". L'Acenas explique que selon elle "attirés par une ouverture 24h sur 24 et des possibilités de doublement des pistes, les investisseurs privés chercheront à rentabiliser leur achat par l'augmentation du trafic, en particulier la nuit pour les vols intercontinentaux et le fret".

La CCI réclame plus de lignes

Et pour l'instant la direction générale de l'aviation civile, seule autorité à autoriser l'ouverture de lignes n'a pas annoncé d'augmentation des fréquences des vols, au grand dam de la CCI de Lyon, actionnaire à 25 % d'Aéroports de Lyon et qui réclame à corps et à cri un assouplissement pour l'ouverture de nouvelles lignes, et en particulier vers le proche et moyen-orient. Une délégation de l'Acenas a été reçue ce mercredi matin en préfecture.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
3 commentaires
  1. Trekk - 18 février 2015

    Il faudra bien le laisser grandir cet aéroport... Seul passerelle directe vers les destinations lointaines sans passer par Paris, voir même Genève. Je serais plus en clin de visiter la famille aux USA en m'envolant de Lyon que d'aller chercher un vol encore... à Paris.

  2. Tx - 19 février 2015

    On va pas bloquer économiquement une Région pour 548 riverains ??? Quel égotisme ! Quel nombrilisme ! Que de 'moi je' ! Quand on emménage près de 'nuisances', on se doute bien que les choses ne sont pas dans un stase éternelle et qu'elles vont finir par prendre de + en + d'ampleur... Marre des pétionites aiguës ! Du blocage incessant ! Souvent pour toujours réclamer au final un p'tit billet !

  3. JeanR - 24 février 2015

    Je comprends les riverains certes mais il est vrai que cette aéroport est tellement pratique.C'est un peu dur Tx de parler de 'moi je' car habiter à côté d'un aéroport n'est pas rien. Je suis un fervent défenseur de l'aéroport Lyon Saint Exupéry et c'est plus en ce sens que je suis un pue contre la privatisation. Eh avec une bonne gestion c'est une pépite pour l'état, alors je ne comprends pas qu'il la privatise. Si maintenant le but est pour un état de faire du profit immédiat, alors là on a touché le fond.Rotoparc

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut