Six hommes jugés à Lyon après un braquage à 40 millions d’euros en Suisse

À partir de ce lundi 23 janvier, six hommes de la région lyonnaise seront jugés par la cour d’assises de Lyon pour le braquage, en 2017, d’un fourgon blindé en Suisse, qui contenait 40 millions d'euros.

En mai 2017, des lingots d’or, des billets de banque et des pierres précieuses par milliers avaient disparu pendant quelques heures de Suisse après avoir été raflés dans un fourgon blindé par une équipe de braqueurs originaires de la région lyonnaise. Interpellés très rapidement après les faits, alors qu’il s’étaient réfugiés près d’Annecy, les six hommes sont jugés par la cour d’assises de Lyon à partir de ce lundi 23 janvier. 

Vol, enlèvement, séquestration

Les suspects sont notamment jugés pour "vol en bande organisée avec arme", "enlèvement et séquestration". Âgés de 33 à 51 ans, ils avaient été arrêtés en flagrant délit avec leur butin d’une valeur de 40 millions de francs suisse (40,3 millions d'euros actuellement) dérobé dans un fourgon de la société Loomis. Ils sont accusés d’avoir intercepté le fourgon sur une bretelle d’autoroute entre Genève et Lausanne, à l’aide de fusils d’assaut et en utilisant pour certains des brassards de police et des véhicules équipés de gyrophares.

Ils avaient ensuite ligoté et chargé les deux convoyeurs dans les coffres de leur voiture avant de prendre la fuite en France, via l’Ain. C’est là, près de Divonne-les-Bains, qu’ils avaient abandonné les convoyeurs et brûlé le fourgon avant de se réfugier en Haute-Savoie. 

10 jours de procès

Leur interpellation rapide par la brigade de recherche et d’intervention avait été rendue possible par de longs mois de surveillance qui avaient permis aux enquêteurs de repérer des véhicules volés et d’identifier une villa pouvant servir de base de repli près d’Annecy. C’est d’ailleurs là que la bande avait été épinglée. 

La plupart des mis en examen avaient reconnu leur présence sur les lieux du braquage tout en cherchant à minimiser leur participation. Le procès, reporté une première fois en raison du Covid-19, doit durer dix jours et devrait livrer son verdict le 3 février. Certains accusés encourent jusqu’à trente ans de réclusion criminelle, la peine maximale, quand d’autres, en état de récidive, font face à la réclusion criminelle à perpétuité.

Des précédents

Cette affaire hors norme met en lumière les spectaculaires attaques à répétition de convoyeurs de fonds perpétrées en Suisse et imputées au banditisme lyonnais. Au cours des sept dernières années, au moins huit braquages ou tentatives de braquage ont été commis dans différents cantons de la Suisse via des modes opératoires similaires, relève l’AFP.

Au mois de mai 2021, Lyon Capitale avait longuement traité la question des braquages à Lyon et dans la Métropole après plusieurs attaques lourdement armées. Des articles à retrouver ci-dessous. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut