Veolia Carré de Soie

Service public de l'eau : à Lyon, la bataille a commencé

Le prix de l’eau potable dans le Grand Lyon devrait être de 25 à 30 % inférieur au tarif actuel, dit-on au sein même de la communauté urbaine. En cause, un contrat signé en 1986 par Francisque Collomb, très favorable aux groupes exploitant le réseau. À l’occasion d’une révision quinquennale, la collectivité compte décrocher une baisse du montant de l’abonnement, parmi les plus chers de France. Mais c’est à l’automne que se jouera la bataille pour le service public de l’eau post-2015 : un passage en régie publique paraît s’imposer. Paris, Grenoble et Bordeaux l’ont fait ou sont en passe de le faire, mais Gérard Collomb n’y semble pas prêt. C’est l’enquête de Lyon Capitale le mensuel de juin. Extraits.

Grenoble, qui a remunicipalisé son eau, a réussi au début des années 2000 à faire baisser de 20 % ses tarifs tout en multipliant par trois ses investissements annuels ! Lyon a certes connu aussi des baisses de facture, à la faveur de révisions quinquennales, mais d’un ordre inférieur. (…) “C’est l’abonnement le plus cher de France”, dénonce Gérard Claisse, vice-président du Grand Lyon chargé de la participation citoyenne. Notre palmarès le confirme :

Le prix de l'eau dans les grandes villes françaises

-----------------------------------

4 scénarios pour l’après-2015

La vraie amélioration viendra avec la négociation d’un nouveau contrat, qui remettra à plat toutes les règles en vigueur, après 2015. Gérard Collomb osera-t-il alors le service public ?

Les scénarios possibles :

- passage en régie publique

- délégation à un opérateur privé unique

- gestion mixte associant privé et public ave production publique d’eau potable et distribution privée

- gestion mixte associant privé et public avec répartition géographique (rive gauche du Rhône au privé, par exemple). Un schéma similaire à celui de la collecte des ordures ménagères. (…)

Le débat

“Pour nous écologistes, il est important que la production de l’eau soit publique, pour s’assurer de la sécurité des approvisionnements et de la garantie de la qualité”, expose Paul Coste, conseiller communautaire (Europe Écologie-Les Verts). (…)

“Si l’eau n’est pas une marchandise, il ne faut pas la donner à des marchands”, exhorte Jean-Michel Drevon, porte-parole du collectif États généraux du service public 69. “Si l’on pousse la logique plus loin, on ferait aussi payer l’air”, renchérit Paul Coste. (…)

“La communauté urbaine ne peut pas prendre toutes les compétences (…)”, répond Michel Reppelin, 3e vice-président du Grand Lyon.

Veolia “va taper très fort”

Du côté des exploitants, c’est la mobilisation générale. Pour Veolia, qui a déjà perdu Paris, pas question de laisser filer le deuxième contrat de France. “Ils vont se défoncer pour garder Lyon. Ils vont taper très fort”, souffle un cadre du groupe. Le temps des valises est sans doute révolu, mais les multinationales de l’eau choient les politiques. (…)

Le projet de siège de Veolia au Carré de Soie

Un deal au Carré de Soie ?

Veolia Environnement va inaugurer fin 2013 un siège interrégional flambant neuf au Carré de Soie, (…) qui sera l’un des fers de lance de ce quartier, sorte de deuxième Confluence à l’est. Par le choix de s’installer à Vaulx-en-Velin, l’ex-Générale des Eaux apporte un soutien précieux à ce projet d’agglomération. “Ce n’est pas sans lien”, assure un cadre de l’entreprise. (…)

------------------------

Toute l'enquête

• Plongée en eaux troubles / Le service des eaux est-il propice aux magouilles ? Réponse et décryptage des pratiques par Raymond Avrillier, tombeur d’Alain Carignon à Grenoble, et Jean-Luc Touly, cadre chez Veolia.

• Comment Veolia se fait du beurre avec l’eau de Lyon / Tour d’horizon des points noirs du contrat actuel liant le Grand Lyon à Veolia : un coefficient qui garantit une hausse des tarifs supérieure à l'inflation, dettes déjà remboursées mais encore payées par l'usager, une cagnotte amassée au détriment des investissements, surfacturation des filiales, etc.

• Dans quel état Veolia laissera-t-elle le réseau lyonnais ? Investissements programmés mais non réalisés, habitude de ne pas remplacer toutes les pièces défectueuses… Gage d’économies ou risque à terme pour le réseau ?

+ Entretien avec Gérard Claisse, vice-président du Grand Lyon qui pilote les négociations avec Veolia pour obtenir des baisses de tarif, et prépare le futur service public de l’eau.

----------------------------

"A Lyon, la bataille de l'eau a commencé", une enquête de Lyon Capitale le mensuel n° 712, en vente en kiosques jusqu'au 28 juin et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Eau de Lyon – Champ captant de Crépieux-Charmy © Tim Douet
“Corruption”, “trafic d’influence”, “contrats léonins”... Lorsque l’on évoque le marché de l’eau, les qualificatifs ont la vie dure. Pourtant, depuis dix ans, la situation a évolué. À Lyon, la bataille de l’eau aura bien lieu en 2019 et les acteurs sont déjà positionnés sur un terrain largement transformé.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut