Séisme : les centrales nucléaires autour de Lyon peuvent-elles résister ?

Suite au séisme du 11 novembre qui a très fortement secoué la région Drôme-Ardèche, Lyon Capitale fait le point du risque sismique centrale nucléaire par centrale nucléaire.

Si, selon la préfecture et EDF, aucun dégât n'a été constaté sur les installations nucléaires de la région, des vérifications sont en cours dans la centrale de Cruas, en Ardèche. Cette dernière a été provisoirement arrêtée pour "audit approfondi" à la suite du séisme survenu lundi dans la vallée du Rhône.

Le questionnement légitime qui est sur toutes les lèvres : comment les centrales d'Auvergne-Rhône-Alpes se comportent-elles face au risque sismique, inhérent à la géologie du territoire régional ? A quel type de séisme elles résister ? Jusqu'à quelle magnitude ?

L'épicentre du séisme enregistré lundi se situait à environ 13 kilomètres de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche) et à 28,5 kilomètres de celle du Tricastin (Drôme).

Le principe de base de prise en compte du risque sismique

La prise en compte du risque sismique dans l’industrie nucléaire se base sur le plus gros séisme qui a eu lieu dans la région d’implantation des centrales, à la magnitude duquel on rajoute 0,5. Ainsi, la centrale du Tricastin peut résister à un tremblement de terre de magnitude 5,2 alors que le séisme référent (1873) était de magnitude 4,7.

Centrale du Bugey (Ain)

bugeySituation : 45 km de Lyon
Commune d’implantation :Saint-Vulbas
Puissance : 4 réacteurs de 900 MW
Démarrage des réacteurs 2 et 3 : 1978
Démarrage des réacteurs 4 et 5 : 1979
Production : Fournit l’équivalent de 40 % de la consommation annuelle électrique de Rhône-Alpes, soit 5 % de la consommation française.
Un réacteur à uranium naturel graphite gaz, mis en service en 1972 et arrêté en 1994, est actuellement en cours de démantèlement.
Nombre de personnes employées : 1.200

Séisme de référence : 1822 (Bugey-Chautagne) – Magnitude 5,5

La commune de Saint-Vulbas, où est implantée la centrale du Bugey, se trouve en zone sismique modérée. Le dernier séisme a été enregistré le 11 janvier 2006, à 35 km du site nucléaire. Le tremblement de terre, de magnitude 3,5 sur l’échelle de Richter, a produit quelques dégâts très limités (chute d’une cheminée et de tuiles, fissuration du dallage de l’église) dans le village de Conand, sous lequel se situait l’épicentre (940 m de profondeur). Selon l’Autorité de sûreté nucléaire, la centrale est dimensionnée pour résister à un séisme de magnitude 6. François Thouvenot, sismologue responsable du réseau Sismalp, une zone de failles "assez peu active" pourrait se situer sur le coude du Rhône, près de la centrale.

Centrale du Tricastin (Drôme)

Vue aérienne site Tricastin
© Areva

Situation : 175 km de Lyon
Implantation : Saint-Paul-Trois-Châteaux
Puissance : 4 réacteurs de 900 MW
Démarrage des réacteurs 1 et 2 : 1980
Démarrage des réacteurs 3 et 4 : 1981
Le réacteur n°1 est le premier réacteur français à avoir été prolongé de 10 ans.
Production : Fournit l’équivalent de 40 % de la consommation annuelle électrique de Rhône-Alpes, soit 5 % de la consommation française. Nombre de personnes employées : 1.500

Séisme de référence : 1873 (Tricastin) – Magnitude 4,7

Les 630 hectares du site nucléaire du Tricastin (1 centrale, 5 usines permettant de transformer l’uranium issu des mines en combustible pour les réacteurs, 1 usine de décontamination) sont à cheval sur deux départements (Drôme, Vaucluse) et trois communes (Pierrelatte, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Bollène). La zone est classée en aléa sismique modéré. Le Tricastin serait sur un segment nord de la faille des Cévennes. Pour Olivier Bellier, chercheur au Cerege, "la centrale se situe entre deux accidents majeurs français, la faille des Cévennes et la faille de Nîmes, non considérées comme des failles actives par la grande majorité des experts". Ce qui n’exclut pas de futurs séismes, les derniers de forte intensité (VII à VIII) datant de 1773 et 1873 – dégâts massifs avec destruction des habitations les plus vulnérables. Le dernier séisme enregistré par Sismalp remonte au 25 novembre 2008 : une magnitude de 2,1 à 10 km de Pierrelatte. Selon EDF, le Tricastin peut résister à un séisme de magnitude 5,2. Lors de la troisième visite décennale de l’ASN, EDF a investi 5 millions d’euros pour mieux se protéger en cas de séisme (renforcement de la structure de la salle des machines, supports de plancher en acier). Quant à l’usine d’enrichissement d’uranium Georges-Besse II, dont les travaux sont actuellement en cours, elle repose sur des appuis antisismiques.

Centrale de Saint-Alban (Isère)

Situation : 50 km de Lyon
Commune d’implantation : Saint-Alban-du-Rhône
Puissance : 2 réacteurs de 1.300 MW
Démarrage du réacteur 1 : 1985
Démarrage du réacteur 2 : 1986
Production : Fournit l’équivalent de 13 % de la consommation électrique de Rhône-Alpes.
Nombre de personnes employées : 670

Séismes de référence : 24 juin 1878 (Villefranche-Lyon) et 9 septembre 1879 (Lagnieu) – Magnitude 4,7 et 5,1/
Saint-Alban est en zone d’aléa sismique modéré, comme les trois quarts du territoire régional. Un séisme de magnitude 2,1 a été enregistré le 24 juin 2010 tout près de Grenoble. La centrale iséroise peut, selon son concepteur, résister à un séisme de 5,5 sur l’échelle de Richter.

Centrale de Cruas (Drôme)

CruasSituation : 140 km de Lyon
Communes d’implantation : Cruas et Meysse
Puissance : 4 réacteurs de 900 MW
Démarrage des réacteurs 1 et 2 : 1984
Démarrage des réacteurs 3 et 4 : 1985
Production : Fournit l’équivalent de 40 % de la consommation annuelle électrique de Rhône-Alpes, soit 5 % de la consommation française.
Nombre de personnes employées : 1.100

Séisme de référence : 8 août 1873 (Châteauneuf-du-Rhône) – Magnitude 4,7

La centrale de Cruas-Meysse est la seule centrale nucléaire française à avoir été construite sur des appuis antisismiques. La géologie locale y est pour beaucoup : les terrains durs propagent plus vite les ondes sismiques, alors que sur des terrains meubles les vibrations sont piégées. La centrale de Cruas se trouve non loin d’un segment au nord de la grande faille des Cévennes, pour laquelle certains experts suggèrent une activité possible. EDF a dimensionné cette centrale pour résister à un séisme de magnitude 5,2.

"1 séisme de magnitude 5 en Rhône-Alpes tous les 30 ans"

Selon Éric Debayle, sismologue à l’ENS Lyon, interrogé par Lyon Capitale en 2013 à l'occasion d'un dossier spécial sur les risques nucléaires en Rhône-Alpes, l'une des régions les plus nucléarisées du monde, "en Rhône-Alpes, on s’attend à un séisme de magnitude 5 tous les trente ans et à un séisme de magnitude 6 tous les trois cents ans."

Olivier Bellier, du Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (Cerege), explique le contexte local par le fait que les failles du sud-est de la France, dont certaines remontent en région, se déplacent "à des vitesses très lentes, de l’ordre de 0,1 mm par an" (au Japon les plaques bougent de 8,3 cm par an).

"Mais rien ne dit qu’un jour de plus gros séismes ne pourront pas se produire, tempère François Thouvenot, sismologue pour le réseau de mesures sismiques Sismalp, compte tenu du peu de recul que nous avons."

En témoigne ce qui s'est passé lundi, dans la région de Montélimar, avec un séisme de magnitude 5,1 sur l'échelle de Richter, dont l'épicentre se situait à environ 13 kilomètres de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse (Ardèche) et à 28,5 kilomètres de celle du Tricastin (Drôme).

Pourquoi les centrales sont-elles dans des zones sismiques ?

Dans l’émission C dans l’air du 7 avril 2009, le géophysicien Vincent Courtillot, directeur de l’Institut du globe, est même allé jusqu'à dire qu' "il y a quelques décennies, les organismes qui étaient chargés d’installer les centrales nucléaires étaient ceux qui payaient les géologues qui devaient leur dire s’il y avait des risques ou pas. Les géologues ont eu tendance à ne pas bien voir les failles".

"La vallée du Rhône (le couloir rhodanien) est une immense faille, très ancienne. Si le Rhône coule à cet endroit, c’est justement parce qu’il s’est "glissé" dans cette zone de faille, explique le sismologue François Thouvenot. Or, les centrales ont besoin d’énormes quantités d’eau pour refroidir leurs réacteurs. D’où leur proximité des fleuves."

16 commentaires
  1. philippe jamel - 12 novembre 2019

    pourquoi des seismes maintenant ? quel est l'état des lieux concernant les forages ?

  2. Georges Marchais - 12 novembre 2019

    Donc d'après l'article, les centrales ne vont pas résister longtemps.

  3. vieux caladois - 12 novembre 2019

    1000 fois bravo pour cet article fort précis !

  4. Abolition_de_la_monnaie - 12 novembre 2019

    Il manque les adresses des pro-nucléaires pour leur envoyer la facture en cas de "gros problème" qui contamine des régions entières ! :o)
    Oups, c'est vrai, il n'y aura aucun responsable.
    En attendant, fournissez-vous chez des coopérateurs qui n'utilisent pas de nucléaire pour faire de l'électricité 🙂

  5. Gilles B - 12 novembre 2019

    Double correction :
    La centrale du Bugey est à 34km des Terreaux. En non à 40km !
    Et à 27km de La Soie.
    La centrale de Saint-Alban à 41km ! Et non 50 !
    Et à 37 de Confluence.

  6. Gilles B - 12 novembre 2019

    Distances À VOL D'OISEAU mesurées avec l'outil Distance de Google Maps.
    (cliquer avec le bouton droit dans la carte et choisir Mesurer une distance)

  7. Galapiat - 13 novembre 2019

    que de bêtises peut on lire , un séisme de magnitude 5.1 à proximité du Teil doit correspondre à moins de 4 à la centrale, je m'inquiéterai plus pour le barrage de Donzère , quand selon l'instruit !!! vous fournir chez les coopérateurs vous aurez peu de chance d'être approvisionnés la presque totalité sont alimentés par EDF payent le MW 20% moins cher que le particulier , Vous en trouvez la répercutions sur vos factures taxe CSPE 7 milliards en 2015 , 25% du montant de votre facture, La France consomme annuellement 600Terra-watts (Terra= 10 Pui 12) 72% d'origine nucléaire, thermique 7%, Hydraulique 12%, Éolien 5%,Solaire 1.9%,Biomasse 1.8%.
    Nous pourrions développer l’hydrolien une source de production fiable , au fil de l'eau mais l'expérience n'est pas prolongée , les "décideurs" préfèrent les moulins à vent qui produisent 20% de la valeur théorique annoncée, des vents supérieur à 3 m/s et inférieurs à 25 m/s.
    La blague du solaire avec ses dégâts irréversibles massifs de béton de 500m3 en pied de pylône,créations de routes d'accès de 10 mètres pour acheminer pylônes, pales des moulins on pensera aussi à l'entretien, remplacer une machinerie de plusieurs dizaines de tonnes perchée à 100mètres de plus se sont de vrais beaux paratonnerre , l'an dernier 42 jours sans soleil ciel brumeux!! je suggère de réduire la puissance livrée aux anti nucléaires chaque jour où vent et soleil sont absents avec Linky c’est possible.

    1. vieux caladois - 13 novembre 2019

      Je savais en effet l'illusion des fournisseurs d'énergie alimentés en réalité par EDF et qui négociant sur de très grosses quantités obtiennent des remises conséquentes ; quant à l'énergie distribuée ainsi il faut être vraiment naïf pour croire que par miracle elle arrive par un réseau spécifique ! En ce qui concerne les détails techniques, je n'y connais dans ce domaine. je me souviens avoir discuté avec des amis perdus (et véritablement écolos) au fin fond de l'Ardèche qui, avec toute leur région, avaient monté un dossier contre l'installation de tels moulins à vent géants : ils avaient découvert que, aussi bien les propriétaires de terrains que les communautés locales, recevaient ainsi de très fortes subventions obtenues de l'Europe ! Et, en contact avec d'autres opposants, ils avaient appris que certaines éoliens étaient plus ou moins fausses, par manque de vent (!) et qu'elles tournaient publiquement...grâce à l'électricité !!!

  8. Galapiat - 13 novembre 2019

    il existe un site fort bien documenté "Vent de colère" qui explique la grande embrouille éolienne, des moulins qui lorsqu’ils produisent sont installés , entretenus par des équipes venus des Pays Bas , surveillées également à distance depuis ce beau pays où se réfugient le fric européen pour échapper aux contraintes législatives nationales, et bien que faisant comme le Luxembourg partie de l'Europe.

  9. JAgnes - 13 novembre 2019

    Je vous cite
    "le village de Conand, sous lequel se situait l’épicentre (940 m de profondeur). "

    merci de bien rectifier l'erreur qui s'est gentiment glissée dans cette phrase.
    En effet, l'épicentre est le point à la SURFACE, c'est donc une projection de l’hypocentre (ou foyer) qui lui se trouve sous la surface, pour le coup à 940m de profondeur.
    l'épicentre est certes le point où les ondes sismique sont les plus fortes (en surface), car il s'agit du point le plus proche du foyer (hypocentre). les ondes ont donc moins de chemin à parcourir et perdent très peu d'intensité.

    sinon article très détaillé, merci Lyon Capitale.

  10. vieux caladois - 13 novembre 2019

    Je voudrais revenir sur la centrale de St.Vulbas dans le Bugey : les constructeurs de chapelles romanes avaient des connaissances aujourd'hui perdues mais que l'on redécouvre peu à peu et même avec des moyens scientifiques (géobiologie). Ainsi, il est dit que ces chapelles étaient construites à des endroits précis pour bénéficier des énergies des lieux sur des courants dits telluriques voire des failles. Or on découvre au pied de la centrale du Bugey une telle chapelle romane : la chapelle de Marcilleux qui, selon Wikipédia, est une propriété privée. Qu'en est-il par rapport à la centrale ?

  11. Abolition_de_la_monnaie - 13 novembre 2019

    Tous ces vieux modèles de pensée qui n'ont pas compris que la transition écologique c'est surtout la décroissance des consommations... :o)

    Et ça parle de performance économique, de factures, tout en se plaignant que le travail va dans d'autres pays... 😀 Ben oui, le commerce a comme base "la tricherie". On ne vous l'a pas appris à l'école ?
    Le fric c'est ce qui fait la civilisation ? 😀 Non, c'est ce qui fait qu'on va droit dans le mur.
    Et vous, pro-nucléaires, ne serez pas capable de payer la facture du coût de l'empoisonnement. (le Japon n'a que la solution de rejeter sa contamination chez les voisins, dans l'océan).

  12. vieux caladois - 13 novembre 2019

    on a bien noté que l'abolition soutient à fonds les profits financiers des soi-disant fournisseurs d'énergie (à propos où peut-on visiter leurs installations de production ?), on a bien noté qu'il soutient les énormes manœuvres financières dans le domaine de l'éolien, et tout cela en proclamant : je hais le fric (d'ailleurs son ordinateur fut gratuit)

    1. Galapiat - 13 novembre 2019

      le problème avec abo est qu'il parle de ce qu'il sait ou prétend savoir mais ne sait pas ce qu'il dit, ramenant tout à sa litanie monétaire en mélangeant chèvre et choux comme si de par le monde existait une seule organisation étatique qui se soit dispensée d'utiliser la monnaie depuis la nuit des temps. Mais essayer de lui expliquer c'est" tenter de se suicider avec des figues molles" ( proverbe sud ardéchois pour nommer l'impossible)

      1. Abolition_de_la_monnaie - 13 novembre 2019

        @ Vieux caladois : je vous invite à vous renseigner sur Enercoop, une société qui est très loin de toutes les bêtises que vous nous sortez pour légitimer la consommation d'énergie nucléaire. Vous pourrez même visiter les installations.

        @Galapiat : vous êtes en train de nous dire qu'un monde postmonétaire ne peut pas exister parce qu'il n'a jamais exister ? Un peu comme dire que voir et parler à quelqu'un qui est de l'autre côté du monde est impossible, avant que ne soit inventé internet ? :o)

        Vous ne faites que confirmer ma conclusion précédente : votre monde doit disparaître, et le plus vite sera le mieux vu les tonnes de produits toxiques qu'il continue à produire chaque jour. 🙂

        1. vieux caladois - 13 novembre 2019

          et donc ils produisent l'électricité comment ?ça doit avoir nécessité l'installation d'un réseau de leur usine de production jusqu'à chez vous ? et n'oubliez pas de jeter votre ordinateur car ça aussi c'est du fric...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut