Sciences Po Lyon : l'Unef dénonce la hausse des frais d'inscription

L'organisation étudiante déplore la politique de rigueur budgétaire nationale qui contraint l'IEP de Lyon à augmenter ses tarifs.

L'Unef Lyon appelle à la mobilisation lundi 14 décembre à l'occasion du conseil d'administration de l’Institut d’études politiques de Lyon. En cause : l'augmentation des tarifs des diplômes d'établissement, inscrite dans la politique budgétaire de Sciences Po Lyon pour 2016.

"Les diplômes d’établissement n’ont aucune reconnaissance nationale, et rajoutent une sélection financière - et donc sociale - supplémentaire entre les étudiant-e-s du même établissement, entre celles et ceux qui peuvent se permettre de payer a minima 221€ (et demain 231€, soit une hausse de plus de 4,5 %) et les autres qui doivent déjà recourir aux prêts et au salariat pour financer leurs études", détaille l'Unef.

Ces diplômes sont une spécialité de Sciences Po Lyon, et sont menés en parallèle du cursus classique, en année 1 et 2. Ils sont six, centrés des zones géographiques : l’Europe, l’Asie, le monde arabe, l’Amérique Latine et les Caraïbes, les États-Unis et l’Afrique Subsaharienne.

Coupes drastiques et ressources propres

L'Unef reconnaît que "la direction de Sciences Po Lyon avait jusqu’alors fait le choix de conserver un modèle de frais d’inscription parmi les moins élevés de France". Mais s'insurge contre les coupes budgétaires au niveau national qui poussent l'IEP à trouver d'autres solutions de financement. "(...) Il n’est plus subventionné qu’à 54 % de son budget total et a subi l’année dernière, pour rappel, une ponction dans ses fonds de roulements de 136 000€. Les dépenses augmentant structurellement, l’IEP se voit contraint d’augmenter ses ressources propres ou d’effectuer des coupes drastiques (investissement, pédagogie, etc.)." Pour augmenter ses ressources propres, la hausse des tarifs des diplômes d'établissement, mais aussi du concours commun de première année et des inscriptions en formation continue, paraît inéluctable.

Dès lors, l'Unef appelle à un rassemblement devant le bâtiment administratif de Sciences Po, lundi 14 décembre à 13h, dans la cour du Centre Berthelot -Lyon 7e). Elle demande aux membres du conseil d'administration de voter contre le budget 2016 et déposera une motion "appelant l'État à prendre ses responsabilités".

3 commentaires
  1. spacelex - sam 12 Déc 15 à 18 h 24

    Salaud de socialistes! Ils en veulent toujours au pognon des 'autres' sauf qu’habituellement les 'autres' ce ne sont pas 'eux'. Et là ils ne sont plus d'accord. Les pauvres ils n'ont pas l'habitude! Fallait pas voter Hollande. L'unef n'est pas une 'organisation' mais un syndicat étudiant, de gauche. Mais il en existe aussi un de droite : L'UNI. 🙂

  2. Elpe - dim 13 Déc 15 à 16 h 42

    @Spacelex : Et? L'UNEF a quelques élus étudiants sur place, ainsi qu'une autre organisation étudiante de gauche, et pas l'UNI; d'où la prise de position. L'ensemble des élus étudiants de l'école s'oppose à la hausse des frais d'inscription, qu'ils aient voté Hollande ou non ne fait pas avancer le schmilblick car là n'est pas la question. Notons qu'il s'agit d'un établissement public, et qu'en tant que tel l'égalité d'accès à la formation doit être maintenue et défendue.

  3. spacelex - lun 14 Déc 15 à 0 h 47

    Je maintiens : président, gouvernement, assemblée, ministre tous socialistes. C'est ce que le gouvernement socialiste appelle faire des économies : ne plus reverser l'intégralité de fonds liés aux responsabilités déléguées, transférées. Les communes, les EPCI, les régions et les universités. Voulez-vous le téléphone de Michel SAPIN? c'est ce qu'il appelle faire de la bonne gestion ! Encore un que le tribunal de l'histoire ne manquera pas de massacrer à moins que le peuple ne s'y mette avant. Il a d'ailleurs commencé ce soir.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut