Guy Corrazol
© Tim Douet

Rythmes scolaires : à Lyon, une semaine de 4 jours “macronienne”

Retour à la semaine de 4 jours à Lyon, a annoncé la mairie, après le vote des 167 conseils de classe de la ville. Une organisation des rythmes scolaires “macronienne”, selon Georges Képénékian, qui s’est félicité de la solution de compromis qui a été trouvée.

Comme nous l’écrivions ce mardi, les 167 conseils d’école de Lyon se sont prononcés en majorité pour la semaine de 4 jours : 85 (51 %) ont choisi l’emploi du temps avec 4 jours de classe et une offre périscolaire le mercredi matin, plutôt que le scénario à 4,5 jours de classe avec périscolaire le vendredi après-midi soutenu par 74 conseils d’école (44 %) ; dans 8 écoles (5 %), les deux scénarios sont arrivés à égalité. C’est donc une semaine de 4 jours qui sera soumise à l’approbation du conseil municipal le 26 mars, et validation par l’Inspection académique début avril.

“C’est un moment important pour nous”, a commenté Georges Képénékian. Le maire de Lyon s’est félicité du mode de consultation mis en place et de la proposition de la ville qui “crée les meilleures conditions pour que l’enfant soit au centre du dispositif”. En insistant sur la communication qu’il va falloir faire sur cette organisation de semaine qui ne sera “ni la semaine de 4,5 jours que l’on connaît ni la semaine de 4 jours qu’il y avait avant”. La solution adoptée ménage en effet la chèvre et le chou (ne respectant pas le sens initial de la réforme des rythmes scolaires, laquelle prévoyait 9 demi-journées de classe avec un apprentissage des savoirs fondamentaux concentré le matin et lissé sur toute la semaine). Georges Képénékian assume ce choix, se félicitant d’avoir trouvé une solution toute “macronienne”. Le temps périscolaire existera toujours, mais le mercredi matin. Le temps d’apprentissage matinal est renforcé – il passera de 3h à 3h30 – et l’accueil de la fin de journée sera étendu jusqu’à 18h30 dans toutes les écoles. Choix du confort des parents et des enseignants plutôt que respect du rythme des enfants ? Pas pour le maire de Lyon, qui estime que l’“on peut apprendre sans être dans un temps scolaire”. “L’apprentissage ne se limite pas aux mathématiques et à la lecture. Ce dispositif intégrera de nouvelles formes d’apprentissages et des réflexions sur ces modes apprentissage”, a-t-il annoncé.

Les principaux points de l’organisation choisie :

– 4 matinées de 3h30 (8h30-12h) et 4 après-midi de 2h30 (14h15–16h45)

– une pause méridienne élargie de 15 minutes avec augmentation des temps calmes (lecture, relaxation, sieste)

– garderie gratuite le matin de 7h50 à 8h20

– périscolaire payant le soir (une somme symbolique entre 16h45 et 17h30 et un tarif progressif en fonction du quotient familial de 17h30 à 18h30)

– périscolaire le mercredi matin avec augmentation du taux d’encadrement (1 animateur pour 8 enfants contre 1 pour 12 jusqu’ici).

Concernant les personnels, Guy Corrazol, l’adjoint à l’Éducation, a annoncé ce matin qu’ils seraient “plus nombreux”, ce qui impliquera “des embauches”. “Les contrats seront plus stables et plus pérennes”, a-t-il ajouté. Il a aussi annoncé la “création de dispositifs avec des indicateurs fiables pour évaluer cette organisation du temps scolaire au fur et à mesure de la mise en place”. Une foi adoptés, ces rythmes ne seront plus en phase d’expérimentation, mais bien les rythmes “définitifs pour les années à venir”, a déclaré le maire de Lyon. “Ce dispositif sera apprenant”, a-t-il affirmé en guise de conclusion.

à lire également
Dessin sur le thème des devoirs à la maison © Isacile
“Tu as fait tes devoirs ?” Chaque soir, c’est la même histoire. Les enfants rentrent à la maison avec leur travail scolaire à faire, ce qui crée dans certaines familles de multiples tensions, voire des conflits… Quelle doit être la place du parent dans ce rituel ? Comment faire pour que les devoirs ne se transforment pas en cauchemar ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut