Run in Lyon
Run in Lyon ©A.S.O. – Pascal Pérève

Run in Lyon : la mairie cède et maintient le marché Augagneur

A la demande de Run in Lyon, la mairie avait décidé d'annuler la tenue marché du quai Augagneur pour laisser passer les coureurs. Les commerçants avaient porté plainte. Finalement, la mairie a capitulé pour éviter une éventuelle censure du juge administratif.

Le festival de course à pied Run in Lyon (10 km, semi-marathon, marathon) se tient dimanche 2 octobre dans les rues de Lyon.

Le parcours, diffusé aux coureurs le 6 juillet dernier, était identique aux années précédentes. Jusque là, tout allait bien.

Mais le 23 septembre, neuf jours avant le jour de la course, les commerçants du marché du quai Augagneur (2e), ont reçu un mail avec en-tête de la Direction de l'économie, du commerce et de l'artisanat (DECA) de la Ville de Lyon annonçant l'annulation du marché du dimanche 2 octobre, le jour de la course, pour des raisons de "sécurité".

A Lyon Capitale, Me David Dokhan, avocat du Syndicat interprofessionnel des marchés alimentaires lyonnais  (Simal) et de la Fédération nationale des marchés, expliquait mercredi 28 septembre, en fin de matinée, avoir "contacté la mairie dès dimanche soir" (25 septembre) qui lui a répondu mardi matin (27 septembre), "dans les grandes lignes, qu'elle allait voir ce qu'elle pouvait faire". L'avocat ajoute : "ayant eu confirmation de l'interdiction mardi matin, on a décidé de réagir. J'ai donc saisi le tribunal administratif de Lyon d'un référé liberté, qui a été enregistré mardi-après-midi, pour demander la suspension de la mesure de police du maire de Lyon."

Lire aussi : Les commerçants du marché Augagneur portent plainte contre Run in Lyon

Le référé-liberté est une procédure qui permet de saisir en urgence le juge administratif, lorsqu’on estime que l’administration (État, collectivités territoriales, établissements publics) porte atteinte à une liberté fondamentale. En l'espèce, il s'agit de la liberté du commerce et de l'industrie, de la liberté d'entreprendre et de la liberté d'exercer sa profession, auxquelles la mesure de police du maire de Lyon portait atteinte, selon Me Dokhan. "Le marché du dimanche à Lyon, c'est quand même 50% de leur chiffre d'affaires de la semaine." assure-t-il.

Contenu de la plaidoirie ? "Pour être légale, cette mesure doit être proportionnée, nécessaire et proportionnelle à l'objectif que le maire de Lyon poursuit, à savoir la sécurité publique. Or, il aurait pu faire autrement. Le maire avait d'autres possibilités de concilier les deux objectifs de sécurité publique et de permettre au marché de se tenir et donc aux commerçants de pouvoir travailler. Cette mesure d'interdiction est donc illégale."

L'audience devait se tenir jeudi 29 septembre à 14h30.

Mercredi soir, la mairie de Lyon a décidé de maintenir le marché du quai Augagneur, probablement pour éviter une éventuelle - et probable - censure du juge administratif.

Un retournement de situation, quatre jours avant Run in Lyon, aux conditions aménagées : la moitié des commerçants resteront à leur place lieu habituelle de marché, quand l'autre moitié (partie nord) sera déplacée un peu plus loin.

L’’audience n’aura donc pas lieu jeudi.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut