Rectorat de Lyon : des mesures de sécurité déjà élevées dans les lycées

Après la fusillade qui s'est déroulée autour de 13 heures dans un lycée de Grasse dans les Alpes-Maritimes, le rectorat de Lyon indique à Lyon Capitale "qu'aucune consigne particulière ne sera donnée" et que le niveau Vigipirate "sécurité renforcée - risque attentat" continue de s'appliquer sur l'ensemble du territoire national.

Les mesures de sécurité sont déjà très élevées dans les établissements lyonnais, indique le rectorat, qui rappelle que le niveau Vigipirate "sécurité renforcée-risque attentat" s'applique dans tous les établissements publics de France. Ces mesures comprennent notamment l'obligation de vérification de l'identité des personnes extérieures, l'interdiction des attroupements devant les établissements ou les contrôles visuels des sacs des élèves. Les écoles, collèges et lycées ont en principe organisé trois exercices de sécurité, dont un exercice prioritaire "attentat-intrusion". Les élèves ont également été formés aux gestes de premiers secours. Face à ce qui ressemble à un "acte isolé", le rectorat de Lyon a estimé qu'en l'absence de "risques pour les autres établissements, aucune mesure de sécurité supplémentaire ne serait annoncée" après la fusillade dans un lycée de Grasse. Le rectorat de Lyon reste cependant vigilant à ce que les mesures de sécurité actuelles restent bien appliquées.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut