Radio Canut menacé par le numérique

La bande FM est-elle, vouée à disparaître d'ici 10 ans ? Olivier Combi, animateur à Radio Canut (102.2 FM), n'y croit pas une seconde. Ceci malgré l'arrivée dès septembre prochain de la Radio numérique terrestre (RNT). "Je suis assez serein, d'autant plus lorsque je vois qu'une étude commandée par une commission parlementaire a conclut que la radio numérique terrestre était vouée à l'échec", indique-t-il. Et pourtant les radios associatives sont inquiètes. Elles n'ont pas les ressources financières pour sortir les 250 000 euros nécessaires à l'achat du multiplexe, matériel permettant l'émission de la Radio numérique terrestre (RNT). "Déjà qu'aujourd'hui, le coût de diffusion représente plus de la moitié du budget de Radio Canut, alors là avec la radio numérique, on ne pourra pas s'en sortir", précise Olivier Combi. D'autant plus que "la plus rebelle des radios'' refuse de diffuser de la publicité sur son antenne, "afin de garder notre indépendance", poursuit l'animateur. Pourtant censé apporter, un meilleur confort d'écoute, une meilleure réception des programmes, gommant ainsi les inégalités entre les régions et la diffusion de contenus multimédias, la RNT ne fait donc pas l'unanimité auprès des radios associatives telles que Radio Canut.

"On est censé être dans une société régie par l'offre et la demande. A ce que je sache, aucun auditeur a demandé à ne plus écouter sa radio via la bande FM", poursuit Olivier Combi. D'autant plus que pour réceptionner la RNT, il faudra renouveler son équipement actuel. Des récepteurs qui devraient coûter 200 euros en moyenne. Pour Rachid Arhab, membre du conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), le passage au numérique est une belle avancée technologique. "La radio sera plus vivante, ce qui devrait attirer de nombreux jeunes qui ont délaissé au fil des années ce média. Le numérique va refaire de la radio un média moderne", confie l'ancien présentateur du JT de France 2. Quoi qu'il en soit, Olivier Combi de Radio Canut préfère rester optimiste : "Le transistor a encore de belles années devant lui". Et Radio Canut aussi ?

(Article paru dans le numéro d'avril de Lyon Capitale)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut