Quand l'université et l'entreprise font ami-ami

L'espace Double Mixte, sur le campus de la Doua, accueillait mercredi 2 décembre les étudiants d'université pour une Campus Rencontre Ressources Humaines, organisée par l'association La Manu, portée par la jeune figure emblématique de la lutte anti-CPE, Julie Coudry. Un événement de familiarisation avec le recrutement et l'insertion professionnelle, pour des étudiants, futurs jeunes actifs.

Première édition d'un salon insolite aujourd'hui sur le campus de la Doua, à Villeurbanne. Pas un de ces multiples salons de recrutement pour pallier à la foule de demandes d'emploi. Non, un événement d'anticipation pour les étudiants qui seront amenés à entrer dans le monde professionnel. Mini-bilans de compétence, coaching CV, simulation d'entretien, rencontres professionnelles et débats : un programme riche "pour leur donner envie de se construire un avenir professionnel, pour que les étudiants deviennent acteurs et qu'ils puissent mettre leurs compétences en avant, avoir les clés de leur futur", explique Julie Coudry.

L'ex-présidente et fondatrice du syndicat étudiant Confédération étudiante (CE), blondinette à la casquette anti-CPE en 2006, a trouvé un nouveau cheval de bataille, un nouveau combat politique. Soutien du projet de loi LRU sur l'autonomie des universités, elle est à l'origine de l'association La Manu créée pour répondre à une nécessité : l'urgence de réconcilier les entrepreneurs et les universitaires et créer du lien et de la compréhension entre les deux mondes.

Etre acteur de son avenir

"Quand on m'a accosté, j'ai été interpellé par le discours, le concept complètement novateur. J'ai été tout de suite conquis par la gamme large d'activités proposées," explique Thomas, étudiant en Master de Ressources Humaines à Lyon III. La Manu a très vite mobilisé à Lyon. Elle existe seulement depuis février 2009 à Lyon et compte déjà plus de 100 membres. Son discours parle aux étudiants, les rassure. Dans un contexte de désillusion, la Manu prône la prise en main de son avenir. Bien sûr, elle s'adresse aux seuls universitaires, étant entendu que les grandes écoles bénéficient déjà de leurs propres outils et partenariats. "L'objectif est de décloisonner les choses et de rendre un espace au monde professionnel à l'intérieur des universités et que cette initiative soit portée par les étudiants," indique Rafaëlle Meyerson, porte parole de l'association.

Un bon "job étudiant" : faire valoir ses compétences

L'association veut créer l'événement avec son concours ManuMarketing, dont les projets étaient mis au vote à l'espace double mixte. Des équipes de 3 ou 4 étudiants d'une même filière avaient pour mission d'identifier et de présenter de manière créative 5 compétences caractéristiques de leur formation. Les participants lyonnais venaient de cursus aussi divers que la philosophie, l'informatique, les sciences économiques... Les six lauréats de la finale nationale verront leur projet envoyé à 1000 recruteurs.

Mathilde, étudiante en Information Communication à Lyon II, a participé au concours. Elle considère que l'initiative est intéressante, "puisque d'un côté, ça nous aide à formaliser nos compétences. C'est un projet que toute notre promo porte. Ils ont collaboré pour les questionnaires qui ont servi à notre analyse. D'un autre côté, on est contents de voir qu'on se crée un réseau, qu'on aura une visibilité qui nous permettra d'avancer." Les prix seront remis le 9 décembre, à Paris, en présence de Martin Hirsch, Haut Commissaire à la Jeunesse.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut