Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

Poser pour la future campagne de Rhônexpress, ça ne paye pas

Cet été, Rhônexpress a lancé un casting pour trouver des personnes qui accepteront d’apparaître dans sa prochaine campagne de communication. Malgré des bénéfices records et un règlement contraignant pour les participants, Rhônexpress a décidé de ne pas payer ceux qui illustreront sa prochaine campagne publicitaire.

L'image de Rhônexpress ne devrait pas s'arranger auprès des Lyonnais. La navette entre la Part Dieu et l'aéroport Lyon Saint-Exupéry, déjà perçue comme chère, a vu ses tarifs augmenter au printemps. Le trajet simple est ainsi passé de 15,90 euros à 16,10 euros. L'aller-retour est lui à 27,80 euros contre 27,50 euros auparavant. En 2016, dans ses comptes transmis au Sytral, Rhônexpress affiche un chiffre d'affaires de 15,7578 millions d'euros pour un résultat net de 1,199 million. Pour sa part, CFTA qui gère l'exploitation de la ligne et dont l’activité "semble centrée autour de Rhônexpress", selon le Sytral, a réalisé un chiffre d'affaires de 12,364 millions d'euros en 2016, pour un résultat net de 957 800 euros. Celle qui est considérée par plusieurs observateurs comme "l'une des plus belles concessions de France", et qui contractuellement ne peut pas être concurrencée par un autre système de transport en commun, n'a donc pas de problème de liquidité.

Pourtant, malgré ce contexte, Rhônexpress a choisi de ne pas faire appel à des mannequins professionnels pour sa prochaine campagne de communication. Cet été, le service a lancé un casting pour trouver des utilisateurs qui accepteront de poser devant un photographe professionnel et dont l'image sera ensuite utilisée par Rhônexpress. Les participants sélectionnés fin août ne seront pas rémunérés et n'obtiendront que deux allers-retours en Rhônexpress, ainsi qu'un bon d'achat de 50 euros. Contacté par Lyon Capitale, un professionnel du secteur s'amuse de "cette pratique qui déclenche souvent un bad buzz. Ces entreprises ont de l'argent, elles peuvent payer". Ainsi, "pour une campagne de communication de ce genre, un mannequin débutant touche au moins 400 / 500 euros, et c'est une échelle très basse", précise-t-il.

Une image exploitée trois ans

La compensation reste faible en échange de son image, mais aussi de son temps. Ainsi dans le règlement de l'opération, on apprend que les participants devront se tenir disponibles le 29 ou le 30 août entre 17h et 21h. Ils céderont les droits et l'exploitation de l'image à l'organisateur pour sa campagne de communication et "la participation à cet appel à projet ne donne pas lieu à rémunération et ne saurait être considérée comme relevant de la prestation de mannequinat". En outre, "l'organisateur reste le seul décisionnaire quant à l'utilisation des photos et de tout média dont fait l'objet le concours ou le shooting photo qui en découle". On retrouve également des clauses assez classiques pour ce type de campagne de communication : "L’organisateur se réserve le droit d’éliminer sans justification dans le cadre du concours toute photographie considérée en tout ou partie comme ne respectant pas les conditions de validité [...] ou susceptibles de nuire à son image. L’organisateur se réserve également le droit d’engager d’éventuelles poursuites envers les participants en cas de non-respect des présentes dispositions." Enfin, les participants devront accepter d’offrir leur image pour une durée de trois ans dans une campagne multisupports :  affichage grand format, annonces presse, internet, ou édition... Dès lors, en remplaçant le travail de professionnel par des particuliers non rémunérés, Rhônexpress prend le risque d'écorner un peu plus son image et ce n'est pas cette future campagne de communication qui devrait changer la donne.

à lire également
Rhônexpress
Les revenus de Rhônexpress ne devraient pas se tarir en 2018. Dans un communiqué, le service de navettes entre Lyon Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry se réjouit d’avoir battu un record de fréquentation.
5 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 13 août 2018

    Le système monétaire est une arnaque permanente : moins du paye les autres (fournisseurs, employés, taxes) et plus tu fais payer cher tes clients, plus tu fais du fric.
    Ce système se résume à : qui va se faire avoir ?

  2. Galapiat - 14 août 2018

    Abolition: c'est comme le vélo, "plus tu pédales moins vite, plus t'avances plus vite"

  3. Abolition_de_la_monnaie - 14 août 2018

    @Galadipat : voici une deuxième couche pour le pollueur en voiture que vous êtes :
    .
    Pour faire du fric, la recette est connue et simple :
    - faire payer cher un produit qui ne coûte pas grand chose à produire (et grâce à la publicité, faire croire au client qu'il va acheter de la qualité)
    - Pour que ce produit ne soit pas cher à produire, il faut écraser financièrement ses fournisseurs, ses employés, "tricher" (on appelle ça optimiser) pour ne pas payer ses taxes et impôts, etc.
    .
    D'où ma phrase :
    "Le système monétaire est une arnaque permanente"
    .
    Dans l'article ci dessus, il s'agit pour la société de "payer" un coût dérisoire pour à la fois se faire de la pub en parlant de cette "possibilité" de poser pour R.E., et à la fois de ne pas payer des mannequins professionnels.
    .
    Alors arrêtez de vous faire passer pour un idiot alors que vous aviez déjà bien compris.

  4. Galapiat - 14 août 2018

    Et tu n'as rien remarquer ? c'est: plus tu pédales moins vite MOINS t'avance plus vite , décidément!!!!

  5. GerardM - 11 septembre 2018

    au vu du prix de deux allers-retours en Rhônexpress c'est vraiment un cadeau royal !!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut