Pluies verglaçantes : "J'ai dû sauter de ma voiture"

Selon les pompiers, deux personnes ont trouvé la mort dans le Rhône, trois autres ont été grièvement blessées et 220 plus légèrement. Dans le village de Couzon-au-mont-d'or, au nord de Lyon, le verglas a également provoqué de nombreux dégâts. Une des habitantes n'a pu se rendre ce jour à la rédaction. Elle raconte sa frayeur :

'Je vis dans une rue en pente qui traverse le village. Hier matin je découvre le sol recouvert de glace, mais je me dis qu'en roulant lentement et de façon vigilante la descente est envisageable. En effet, la voiture réagit plutôt bien. C'est alors qu'elle accélère de plus en plus, j'appuie donc sur la pédale de frein mais celle-ci reste bloquée. Rien à faire, le véhicule commence à glisser le long de cette rue étroite en prenant de plus en plus de vitesse. Prise de panique je tourne mon volant contre un mur afin de stopper la voiture. Mais au lieu de s'encastrer cette dernière rebondit sur le mur d'en face, puis percute à nouveau le premier. Elle joue au ping-pong entre les murs et prend un peu plus de vitesse à chaque impact. Sa course semble sans fin. Je ne vois qu'une issue : m'éjecter de la voiture. Je me détache et saute. Dans la précipitation la ceinture m'accroche encore le bras gauche, je suis sur le sol attachée à mon véhicule qui continue sa descente percutante. Je vois la roue arrière arriver sur moi, je m'agite pour me libérer, j'y parviens enfin. L'engin fonce toujours, la portière ouverte. Sonnée, j'entends juste des personnes crier a quelques mètres. Une femme qui s'est également éjectée de sa voiture suite à sa perte de contrôle, est au milieu de la route. Ma voiture se dirige droit sur elle, mais la personne ne parvient pas à s'enlever à cause de l'épaisse couche de glace. Elle hurle, mais n'arrive pas à se relever et son père ne peut pas accéder jusqu'à elle. Comprenant qu'elle ne pourra pas s'enlever assez vite, elle tourne sur elle même in extremis pendant que ma voiture devenue un tas de ferraille, la frôle. Elle se relève puis s'évanouit. Ce sont 6 véhicules accidentés qui se sont accumulés au bas de la rue, tous devenus inutilisables. Les pompiers et gendarmes n'ont pas pu venir jusqu'à nous. Il a fallut attendre deux heures que cela commence à fondre pour pouvoir changer de trottoir. Au final il y a eu plus de peur que de mal même si ça a été un vrai choc.'

Le Grand Lyon appelle toujours à la vigilance

Avec un froid persistant et des zones d'humidité, les conditions climatiques restent favorables jeudi soir à la formation de verglas. Les équipes du Grand Lyon continuent les traitements des voies afin de dégager le réseau mais recommandent malgré tout aux piétons et automobilistes la plus grande prudence

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut