Soleil, canicule et pollution à Lyon (photo : Florent Deligia)

Pic de pollution : la qualité de l’air continue de se dégrader à Lyon 

Les fortes chaleurs qui se sont abattues sur la région lyonnaise, depuis quelques jours, favorisent la production d’ozone dans l’air. Le pic de pollution en cours dans la Métropole de Lyon se poursuit donc ce week-end, avant une amélioration de la qualité de l’air lundi 16 août. 

Depuis quelques jours, la concentration en ozone, gaz atmosphérique qui se révèle nocif pour l'environnement et le système respiratoire, est élevée à Lyon en raison des fortes chaleurs qui se sont abattues sur le département du Rhône. À cet égard, le bassin allant de Lyon au nord de l’Isère est placé en vigilance jaune pour pic de pollution et le niveau information-recommandation a été activé par la Préfecture du Rhône, pour l’ensemble du département et de la Métropole de Lyon. 

Lire aussi : Lyon : le département du Rhône toujours placé en vigilance canicule

Ce samedi 14 août, la concentration en O3 (Ozone) dans l’air est particulièrement importante selon le centre régional Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes. "Le seuil d'information et de vigilance pourrait ainsi être franchi", précise le laboratoire, alors que "les conditions météorologiques sont favorables à une formation d'ozone plus intense et à son accumulation". 

Ce samedi 14 août, la qualité de l'air est mauvaise dans la Métropole de Lyon. (Carte Atmo)

Retour au vert lundi

Dimanche, la production photochimique d'ozone sera encore intense pendant une bonne partie de la journée et la "qualité de l'air restera dégradée à mauvaise", précise l’Atmo. Le retour au vert, synonyme de la diminution de la présence de ce gaz dans l’air, ne devrait se faire qu’à partir de ce lundi 16 août, grâce à une baisse des températures qui limitera la production d'O3 et un vent qui sera "favorable à la dispersion des polluants".

La qualité de l'air devrait s'améliorer ce lundi dans la Métropole de Lyon. (Carte Atmo)

En attendant une amélioration de la qualité de l’air et pour contribuer à limiter les émissions de gaz, il suffit, en voiture, d’adapter sa vitesse ou bien d’emprunter les transports en commun et les modes de déplacements présentés comme doux, à l’instar du vélo. Les services de l’État conseillent également de ne pas faire usage de barbecue au charbon.

Personnes fragiles, attention

Rappelons que lors de ce type d’épisode de pollution, il est recommandé à la population, de manière générale, d’éviter de faire du sport en extérieur. En outre, les personnes plus sensibles, comme les femmes enceintes, les asthmatiques, les jeunes enfants ou encore les personnes âgées souffrant d’insuffisances cardiaques, doivent limiter leurs déplacements en extérieur entre 13 et 20 heures et consulter un médecin en cas de gêne respiratoire.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut